Aller au contenu principal

JA
Jeunes agriculteurs : le témoignage d’une installation réussie

L’étude sur les clés de réussite de l’installation des jeunes en Pays de la Loire touche à sa fin. Quelles expériences retenir ?

Les frères Delaunay, jeunes installés en Gaec production laitière dans la Mayenne.
Les frères Delaunay, jeunes installés en Gaec production laitière dans la Mayenne.
© AA

Julien et Benoît Delaunay se sont installés, à Niort-la-Fontaine, en Mayenne, en production laitière à la suite de leurs parents (leur mère reste à ce jour à 0,5 UTH sur l’exploitation), après avoir travaillé plusieurs années à l’extérieur dans le domaine agricole. Le projet d’installation était prévu depuis plusieurs années, et s’est vu concrétisé en 2008 (année de forte installation dans les Pays de la Loire).

Pourquoi avez-vous répondu au questionnaire sur l’installation ?
J. B. Delaunay : Il nous a paru intéressant de transmettre notre vécu et notre ressenti. Partager notre expérience plutôt positive avec d’autres jeunes de la région ou même aider certains voulant devenir agriculteurs : c’est ce qui nous motivait. En plus, nous avons l’expérience du stage. Il nous paraissait donc naturel de rendre service à un stagiaire en retour.

Quels sont pour vous les critères de réussite ?
Dans notre cas, nous avons la chance d’avoir eu affaire à un cédant très compréhensif. Il nous a bien facilité les choses, entre autres les démarches d’installation-transmission. Tout le processus ne lui était pas étranger, il était bien renseigné sur ce qu’il y avait à faire au moment de la transmission. Le fait de reprendre l’exploitation familiale est un plus dans le déroulement de l’installation. En effet, nous connaissions bien l’outil que nous allions reprendre, nous n’avons eu aucune surprise. L’exploitation fonctionnait bien avant notre installation. Le fait de ramener des moyens de production n’a fait que conforter l’outil de production pour 2,5 UTH. Nous n’avons pas rencontré de réelles difficultés au cours de cette installation (demande d’autorisation d’exploiter, montage du projet, financement…). Tout s’est déroulé comme nous l’avions prévu.
Bien que ce soit une instal-lation dans le cadre familial, il est important de bien préparer son accompagnement sur la durée. Nous avons commencé les discussions avec le cédant dix-huit mois avant de nous installer.

La conjoncture agricole ne favorise pas les projets. Que conseillez-vous à un jeune désirant s’installer aujour-d’hui ?
Le cédant a une grande responsabilité dans la réussite de l’installation d’un jeune aujourd’hui. Il est important de bien discuter avec lui du prix de reprise pour qu’aucune des deux parties ne soit désavantagée. Il faut essayer de prévoir un PDE assez pessimiste. Par la suite, dans le déroulé de l’année d’installation, les surprises ne peuvent être que positives. Cette première année est plutôt compliquée au niveau de la trésorerie. Mais au bout de deux ou trois ans, en année normale, le niveau de trésorerie est plus stable.
À ce jour, des réflexions sont apportées dans le but d’améliorer le PDE, notamment en ce qui concerne la trésorerie en année 1 dans le but d’éviter les surprises dans tous types de production.

Comment vous trouvez-vous aujourd’hui dans votre métier ?
Cela fait maintenant deux ans que nous sommes installés. Par rapport au salariat, le poste de chef d’entreprise procure une certaine liberté. Au bout de plusieurs années de salariat, il est valorisant de travailler pour soi. Les conditions de travail sont quelquefois pénibles, notamment le week-end et l’hiver, mais des solutions peuvent être facilement trouvées. Pour le moment, nous n’avons pas pris le temps de nous organiser pour dégager un peu plus de temps. Réaliser son projet d’installation permet de vivre de sa passion, c’est avant tout un projet économique, un projet de vie. Ce plaisir n’est pas donné à tout le monde.

Céline BLANDIN

Étude

Le ressenti après l’installation

L’étude consiste à réaliser un retour sur expérience grâce au ressenti du jeune deux ou trois ans après son installation. Les expériences sont plus ou moins positives. Une installation réussie doit être au départ basée sur les critères de réussite de n’importe quelle profession. Ce n’est pas un projet qui doit être pris à la légère. Des conseillers sont présents tout au long de l’installation pour faire en sorte que le projet de départ se concrétise en réel projet économique, basé avant tout sur les choix de vie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin
La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de…
La carte des cours d'eau mise à jour
Une nouvelle version de la carte des cours d’eau du Maine-et-Loire vient d’être publiée. Les agriculteurs doivent en tenir compte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités