Aller au contenu principal

Lait
Journée blanche le 29 avril

Les négociations au sein de l’interprofession laitière sont au point mort.

L’action du  29 avril a pour objectif d’amener les entreprises à faire une proposition. (en photo, une action d’octobre 2008).
L’action du 29 avril a pour objectif d’amener les entreprises à faire une proposition. (en photo, une action d’octobre 2008).
© AA

Dans le ton d’Alain Cholet, une exaspération : « La profession a fait des propositions pour le prix du lait, mais on attend toujours celles des entreprises », explique le président de la FDL. Une exaspération qui se traduira, mardi prochain, 29 avril, par une journée blanche en production laitière : il n’y aura pas un camion de collecte sur les routes. Comment en est-on arrivé là ? Suite à l’échec des discussions au sein de l’interprofession laitière, les négociations ont été renvoyées à l’échelon régional. À ce stade,  la FNPL estime à 305 euros/1 000 litres le prix moyen à la production en 2009 (contre 336 en 2008). « À croire que les entreprises ont honte ou ont peur d’annoncer aux éleveurs le prix qu’elles envisagent », poursuit le responsable syndical. Pour Alain Cholet, fixer un prix moyen à l’année  permettrait aux éleveurs laitiers d’avoir des perspectives. « On sait que la conjoncture est difficile mais nous sommes persuadés que les cours ne peuvent que remonter. On peut supporter une baisse dans un premier temps, pourvu qu’on ait des perspectives ». L’action prévue le 29 avril vise donc à amener les entreprises à faire une proposition. « C’est contre le silence des entreprises que nous protestons », explique Alain Cholet. « Comment pourrait-on discuter si on ne sait pas ? Le seul commentaire sur notre proposition s’est résumé à : “L’écart est grand”  ». Le temps presse. Avril touche à sa fin. À partir du 4 mai, les paies de lait seront prêtes. Une chose est sûre : les éleveurs laitiers n’accepteront pas que les entreprises, après avoir joué le chrono, passent en force.

M. l.-r.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités