Aller au contenu principal

« La baisse des dépenses publiques est indiscutable »

Réunissant les acteurs des collectivités territoriales et le Gouvernement, la conférence nationale des territoires s'est tenue hier au Sénat.

Edouard Philippe,  Premier ministre.
Edouard Philippe, Premier ministre.
© Eric Houri

Cette rencontre, que Gérard Larcher, président du Sénat, a qualifié de « lancement d'un processus de dialogue construit et confiant entre l'État et les collectivités territoriales », doit permettre d'identifier des pistes pour tendre vers « une décentralisation pleinement assumée, agile et intelligente », selon les mots du premier ministre. Ce type de rencontre devrait se tenir tous les 6 mois, la prochaine étant prévue au mois de décembre. Cinq thématiques - structures, compétences, pacte financier, fracture territoriale, numérique et écologie - ont été abordées dans la journée, la question la plus tendue restant celle des finances. Édouard Philippe a précisé que l'objectif final - celui de baisser les dépenses publiques - « ne sera pas discutable ».

 

 

Régions de France : « l'Etat doit assurer l'essentiel » de la maîtrise des dépenses

Philippe Richert, président de Régions de France, accompagné de plusieurs élus des régions, ont participé à l'installation de la conférence nationale des territoires au Sénat. « Le Gouvernement a confirmé qu'il fallait préserver la stabilité institutionnelle issue des différentes réformes territoriales du précédent quinquennat, et éviter de recréer un big bang territorial », s'est réjouie l'association Régions de France qui juge cette journée « constructive ». Les Régions disent avoir entendu la volonté du gouvernement de faire des économies à hauteur de 13 milliards d'euros sur la dépense publique locale. Elles « partagent la nécessité de maîtriser les dépenses publiques », mais tiennent à rappeler que « dans le cadre du plan précédent d'économies, les collectivités locales ont réalisé près de 90% de leur engagement, soit 9,5 milliards d'euros alors que l'Etat uniquement 25%. Elles souhaitent donc rappeler que si des efforts doivent être faits, l'Etat se doit d'en assurer l'essentiel », insiste un communiqué. Les Régions souhaitent par ailleurs « que le gouvernement respecte l'engagement pris en loi de Finances 2017, leur attribuant une fraction de produits de TVA dès le 1er janvier 2018 ».

 

Bruno Retailleau, président de la Région Pays-de-la-Loire, a également fortement réagi en estimant que « la proposition du président de la République est un marché de dupes. Pour la taxe d'habitation, le risque est grand de voir le contribuable national se substituer partiellement au contribuable local. Le risque est grand de voir la fiscalité locale des entreprises croître tout comme le foncier non bâti. S'agissant de la baisse des dépenses de 13 milliards d'euros pour les collectivités, il ne faudrait pas qu'Emmanuel Macron mette ses pas dans ceux de François Hollande et fasse porter tous les efforts sur les collectivités locales sans que l'Etat y prenne sa part. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
La hausse des prix et la pénurie des matériaux inquiètent
Acier, cuivre, matières plastiques, bois... Après une chute mondiale en 2020, les prix de ces matières premières connaissent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités