Aller au contenu principal

La barre d'effarouchement sauve le gibier dans les prairies de fauche

La Fédération des chasseurs de Maine-et-Loire et le Conservatoire des espaces naturels (CEN) des Pays-de-la-Loire ont organisé une démonstration de fauche avec barre d'effarouchement, à Champtocé-sur-Loire (49).

Lundi 15 mai, à Champtocé-sur-Loire (49), des agriculteurs assistent à une démonstration de fauchage avec une barre d'effarouchement équipée de peignes pour bousculer le gibier.
Lundi 15 mai, à Champtocé-sur-Loire (49), des agriculteurs assistent à une démonstration de fauchage avec une barre d'effarouchement équipée de peignes pour bousculer le gibier.
© AA

La fauche est parfois fatale à la faune sauvage. Ainsi, de plus en plus d'agriculteurs, sensibilisés par la fédération des Chasseurs de Maine-et-Loire et par le Conservatoire de espaces naturels (qui gère les sites Natura 2000), utilisent des barres d'effarouchement. En 2016, la fédération des chasseurs a accompagné 28 agriculteurs, dont 18 du réseau Arbre (Agriculteurs respectueux de la biodiversité et des richesses de l'environnement). Ces équipements ont permis de sauver 210 animaux, principalement des lièvres et des faisans, mais aussi des lapins des chevreuils, des perdrix rouges, un canard colvert.

Deux Cuma se sont lancées

Les Cuma s'y mettent aussi : celles de Bouillé-Ménard et de Champtocé-sur-Loire ont investi en 2016 dans des barres d'effarouchement. Pour Emmanuel Cornilleau, président de la Cuma de Champtocé-sur-Loire, c'est l'engagement de plusieurs adhérents dans les MAEC (Mesures agricoles, environnementales et climatiques) qui les a incité à réfléchir à cet achat. " On a pris le pli, on attelle la faucheuse et la barre d'effarouchement en même temps. Le chantier va un poil moins vite, mais il ne faut pas raisonner seulement en termes économiques. Que l'on soit ou non chasseur, nous avons le souci de préserver le petit gibier"...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du  19 mai 2017.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Des petites graines et une grande aventure
A 35 ans, François Boissinot est installé depuis le 1er juillet. Il a repris une ferme de 35 hectares au Lion-d’Angers. Il y…
Les plantes médicinales ont besoin de bras
L'été est une période d'intense activité à l'entreprise Promoplantes à Chanzeaux. Avec de gros besoins en main-d'œuvre, pour la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités