Aller au contenu principal

Environnement
La biodiversité mérite qu’on s’y penche

L’Observatoire agricole de la biodiversité ou OAB, piloté par le Museum national d’histoire naturelle (MNHN), est basé sur le volontariat. C’est ce que l’on appelle de la “science participative”. Des agriculteurs ou professionnels de Maine-et-Loire y prennent part.

Montreuil-sur-le-Loir, le 19 mars. Ambroise Bécot, de la Chambre d’agriculture, animateur du réseau Arbre et Michel Prezelin, responsable de la ferme laitière des Trinos et participant à l’observatoire, autour d’une planche à invertébrés terrestres.
© AA

Nul besoin d’être diplômé en entomologie. L’OAB propose aux agriculteurs et professionnels du monde agricole des protocoles d’observation de la biodiversité ordinaire, simples à réaliser mais très cadrés, pour permettre le traitement des données remontées. Depuis 10 ans que cet observatoire existe, il a engrangé des données sur 1 800 parcelles en France, et plus de 1 000 exploitations y ont participé.
Un observatoire unique
Si des études sur la biodiversité existent bien sûr à des échelles locales, l’OAB est unique de part son échelle spatio-temporelle. Un de ses intérêts est de voir comment les pratiques agricoles et le paysage influent sur les populations de taxons (abeilles sauvages, papillons, vers de terre, carabes et mollusques).
Bientôt une application
Vendredi 19 mars, Nora Rouillier, animatrice du réseau de l’observatoire et Olivier Billaud, doctorant au MNHN, ont présenté l’OAB à une vingtaine de personnes,  à la ferme des Trinottières. La ferme expérimentale, membre du réseau Arbre*, participe activement à l’observatoire depuis 2011.
« On a mis en place les protocoles nichoirs à abeilles solitaires et invertébrés terrestres », explique Michel Prezelin,  responsable de la ferme laitière. Il cherche  à voir l’évolution de la biodiversité sur une partie de la ferme conduite en agroforesterie. Comme tous les participants, il doit relever une fois par mois, si possible, les nichoirs à abeilles et les planches à invertébrés terrestres. Il doit aussi noter plusieurs paramètres, comme le nombre de passages phyto sur les parcelles, sans préciser la nature du produit.  Nora Rouillier, du MNHN, indique qu’une application de saisie sera bientôt disponible pour faciliter le travail des bénévoles. En Maine-et-Loire, une vingtaine d’agriculteurs du réseau Arbre y prennent part chaque année. Au-delà du comptage, l’OAB a aussi un rôle  important de sensibilisation.
S.H.

*Agriculteurs respectueux de la biodiversité et des richesses de l’environnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités