Aller au contenu principal

Emploi
La charte de l’emploi saisonnier, pour bien vivre ses saisons en agriculture

La charte de l’emploi saisonnier a été signée le 4 décembre par le Conseil général et plus de trente partenaires institutionnels. Une reconnaissance du travail saisonnier.

À la tribune, de gauche à droite : Roselyne Besnard, présidente de la MSA, Olivier Caillé, président de l’Adéfa. Derrière eux, les deux présidents Jean Presselin, CFDT et Jean-Yves Fouin, FDSEA-FDPF, Christophe Béchu,
président du Conseil général, Patrick Bouchardon, directeur de cabinet du Préfet et Jean-François Cesbron, président de la Chambre d’agriculture.
À la tribune, de gauche à droite : Roselyne Besnard, présidente de la MSA, Olivier Caillé, président de l’Adéfa. Derrière eux, les deux présidents Jean Presselin, CFDT et Jean-Yves Fouin, FDSEA-FDPF, Christophe Béchu,
président du Conseil général, Patrick Bouchardon, directeur de cabinet du Préfet et Jean-François Cesbron, président de la Chambre d’agriculture.
© AA

Cueillette des pommes et des fraises, vendanges, taille et autres bouturages sont autant de moments-clés du cycle de production des entreprises agricoles. Ils sont aussi source importante d’emplois, parfois ponctuels et choisis qui peuvent aussi devenir des emplois précaires et subis (3/4 des 46 000 emplois de production agricole en Maine-et-Loire sont des emplois saisonniers).
Comment donner une perspective durable à l’emploi saisonnier ? C’est au carrefour des besoins en compétences permettant d’assurer la performance économique des entreprises et des besoins de sécurisation des itinéraires professionnels des salariés que s’inscrivent les objectifs de la Charte de l’emploi saisonnier de Maine-et-Loire.
La charte de l’emploi saisonnier est issue d’une réflexion collective associant les employeurs, les salariés saisonniers mais aussi les partenaires de l’emploi, de l’insertion, de la formation, de la santé et les territoires.
Des échanges et des groupes de travail ont permis d’identifier des engagements, formulés comme des objectifs de bonnes pratiques à atteindre, qui impliquent tous les acteurs concernés par l’activité saisonnière. Ils portent notamment sur les conditions d’accueil et de travail, le savoir-être, la formation, la valorisation des compétences...

Une mobilisation des acteurs de l’emploi saisonnier


Plus de 30 organisations se sont engagées au travers de sa signature le 4 décembre, en présence du président du Conseil général.
Parmi elles, on peut citer la Chambre d’agriculture, la FDSEA, l’Union horticole de l’Anjou, la Fédération viticole de l’Anjou, le Syndicat des producteurs de fruits, l’Adéfa, Pôle emploi, la Direction départementale de l’emploi et de la formation professionnelle, les Établissements agricoles publics de Maine-et-Loire, la Fédération des maisons familiales rurales, la MSA, le FAFSEA, VIVEA, le Pays des vallées d’Anjou, le Pays saumurois, le Pays Loire-Angers… ainsi que les syndicats de salariés CFDT, CGC, CFTC.
Demain, par sa mise en œuvre sur le terrain, salariés, employeurs et acteurs locaux pourront aussi y adhérer.
L’engagement volontaire de tous contribuera ainsi à la reconnaissance du rôle-clé des salariés saisonniers dans la qualité des produits et la pérennité des entreprises, afin qu’évoluent les pratiques et les représentations du travail saisonnier. La charte doit permettre de mieux articuler l’action des différents acteurs pour mieux prendre en compte les conditions de travail, accompagner les saisonniers dans la construction de parcours plus sécurisés et plus sécurisants, et leur assurer de bénéficier des ressources institutionnelles afin de mieux vivre l’alternance sur le territoire.
La mobilisation de ces différents acteurs dans une démarche participative propice au dialogue social contribue à renforcer la dynamique territoriale déjà présente dans un département situé au cœur du pôle de compétitivité mondial du végétal spécialisé. Néanmoins, elle peut servir de support de réflexion et de concertation à d’autres territoires et/ou d’autres secteurs d’activité, marqués eux aussi par les activités saisonnières.

Les engagements

La charte de l’emploi saisonnier précise les engagements volontaires et réciproques des partenaires, formulés comme des objectifs de bonnes pratiques à atteindre.
Directement issus de l’expression des acteurs de l’emploi saisonnier, les engagements :
- sont déclinés pour chaque acteur : employeur, salarié, partenaire de l’emploi-formation-insertion, acteur du développement des territoires, acteur de la santé…,
- sont déclinés par phase : en saison, pour réussir le travail ; à la fin de la saison, pour envisager l’avenir ; hors saison, pour gérer l’alternance ; avant la saison, pour anticiper,
- portent sur les conditions d’accueil et de travail, le savoir-être, la formation, la valorisation des compétences...

Une mise en œuvre progressive

La diffusion de la charte de l’emploi saisonnier est prévue tout au long de l’année 2010. Basée sur une démarche participative : l’adhésion y est donc volontaire. Il s’agit maintenant de mettre en place les outils nécessaires à l’accompagnement les signataires dans la mise en œuvre de leurs engagements.
La charte sera d’abord déployée sur des territoires pilotes, autour de groupes identifiés, animés par le Pays des Vallées d’Anjou et la MSA notamment. Les conclusions et enseignements issus de ces expérimentations doivent permettre de construire une méthodologie pour une mise en œuvre sur l’ensemble du département.

Contact : Isabelle Bispo,
Adéfa : 02 41 96 76 56.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités