Aller au contenu principal

La chauve-souris, l’alliée des vignerons

Les vignerons des AOC Quarts de Chaume Grand Cru et Coteaux du Layon 1er Cru Chaume sont engagés, avec la Chambre d’agriculture et le CPIE Loire Anjou, dans un projet “Viticulture et biodiversité”.

Le but est de créer un maillage suffisamment dense pour faire revenir les chauve-souris dans le vignoble.
Le but est de créer un maillage suffisamment dense pour faire revenir les chauve-souris dans le vignoble.
© AA

Mobilisés collectivement pour la biodiversité. Lundi 14 décembre, au Château de Suronde à Rochefort-sur-Loire, des viticulteurs plantent, sous la pluie, une haie d’une quarantaine de mètres en bordure d’une parcelle viticole. Du cornouiller sanguin, du troène commun, du saule osier, et quelques arbres de haut jet.
Objectif : offrir, dans quelques années, des éléments de repères et un gîte aux populations de chauve-souris, qui avaient, depuis des décennies, tendance à déserter ce prestigieux vignoble. Prédateur du vers de la grappe, la chauve-souris pourrait remplacer, à terme, les autres moyens de lutte, chimique et biologique, contre ce ravageur de la vigne. Le vignoble de Quart de Chaume (40 ha) et Chaume  (80 ha) est couvert aujourd’hui à 80 % par la technique de la confusion sexuelle. « Peut-être que dans 4 à 5 ans, nous pourrons arrêter l’utilisation de capsules de phéromones », avance Alexandre Cady, président de la section de l’appellation Coteaux  du Layon Premier Cru Chaume.
Sur la trentaine de vignerons des 2 appellations, 14 sont déjà engagés dans la démarche, soutenue financièrement par le Conseil départemental. Ils espèrent bien emmener avec eux l’ensemble des vignerons, en les incitant à planter des haies et des arbres isolés, sans, autant que faire se peut, devoir arracher des rangs de vigne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités