Aller au contenu principal

Edito
La Confédération Paysanne a-t-elle encore sa place dans les instances représentatives départementales ?

Lundi 22 novembre, lors de la session Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, la Confédération Paysanne a confirmé son soutien, par la voie d’un courrier envoyé au président Denis Laizé, aux actions de destruction de la retenue d’eau de Cram-Chaban le 6 novembre 2021. Ce saccage d’un projet agricole construit en toute légalité a été ouvertement revendiqué et assumé par la Confédération Paysanne, allant même jusqu’à exposer son butin devant les portes du ministère de l’agriculture.
Action incompréhensible de la part d’une organisation syndicale qui, parce qu’elle était en désaccord avec le projet, n’a pas hésité à appeler à une « action de désobéissance ».
Comment peut-on revendiquer que l’accès à l’eau soit un enjeu majeur pour tous les agriculteurs, comment peut-on participer activement à l’élaboration du plan stratégique « eau » de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, tout en fustigeant « l’accaparement » de l’eau, par des agriculteurs et pour des agriculteurs ?
A quel titre une organisation 
syndicale s’octroie le droit de détruire une réserve d’eau sous prétexte que la taille de cette réserve, que la production qui est concernée par l’irrigation, ne lui conviennent pas ?
Dans son courrier adressé à la Chambre d’agriculture, la Confédération Paysanne 49 revendique le droit de détruire, par des « actions de désobéissance », sous prétexte « d’accaparement de ce bien commun qu’est l’eau » pour les besoins agricoles.
Dès lors, doit-on encore considérer la Confédération Paysanne comme un syndicat représentatif agricole, ou est-elle devenue un groupuscule militant prêt à en découdre avec les lois de la République?
Pour nous, FDSEA49 et JA 49, une ligne rouge à été franchie. En prônant la « désobéissance » et la « destruction » face à des projets agricoles parfaitement autorisés, la Confédération Paysanne 49 se met en dehors du jeu démocratique et républicain et n’a donc plus sa place dans les instances représentatives agricoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois