Aller au contenu principal

Viticulture
A la conquête des marchés étrangers

Le Salon des vins de Loire s’est tenu du lundi 3 au mercredi 5 février au Parc expo d’Angers.

Naoto Uchiike (à droite sur la photo) vient pour la première fois au Salon. 
Il souhaite vendre davantage de vins de Loire dans sa cave à Tokyo.
Naoto Uchiike (à droite sur la photo) vient pour la première fois au Salon.
Il souhaite vendre davantage de vins de Loire dans sa cave à Tokyo.
© AA

Le Salon des vins de Loire s’est encore ouvert sous le signe de l’export, cette année. Du 3 au 5 février, de nombreux acheteurs ont fait le déplacement au Parc expo d’Angers pour découvrir le millésime 2013. Parmi eux, des acheteurs étrangers. Pour la première fois, ces derniers se sont rendus dans des domaines du Val de Loire, en amont du salon. “Une initiative* qui a plu autant aux vignerons qu’aux acheteurs étrangers”, constate Sandrine Coulon, de la Chambre régionale des Pays de la Loire, l’une des organisatrices. “On espère  réitérer l’expérience l’année prochaine.” En fonction de leurs critères, les acheteurs ont choisi les domaines qu’ils souhaitaient visiter.

“Typicité du produit”

Le caviste japonais basé à Tokyo, Naoto Uchiike, vient pour la première fois au Salon des vins de Loire. Il a beaucoup apprécié ces visites dans le vignoble. “J’ai découvert le paysage. Le schiste, le calcaire... On comprend d’où vient le goût des vins. Celui de son terroir.” Aujourd’hui, le caviste vend principalement du vin français et une partie de vins du Val de loire. Il a déjà repéré quelques produits qui lui plaisent. Pour sa propre cave, mais aussi pour les présenter à d’autres importateurs. Jacob Jensen, lui est un importateur danois. Grâce à cette nouvelle initiative, il a pu visiter quatre domaines avant le salon. “Je cherche des vins de moyenne gamme pour mes acheteurs. Principalement des consommateurs privés.” Aujourd’hui, il exporte 25 % de produits français. Et aimerait se développer en vins de Loire pour la “typicité du produit”, explique-t-il.

Côté vendeur, la satisfaction est la même. “Nous avons accueilli des acheteurs américains et japonais. Ils ont été très sensibles à la qualité de nos vins”, explique Jacques Beaujeau, du Château de La Varière à Brissac-Quincé. Le vigneron produit toutes les appellations d’Anjou-Saumur. L’exportation ne représente que 10 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. “Un chiffre que nous souhaiterions augmenter en gardant un investissement raisonnable.”

Pour Pierre-Alain Oriot, le directeur commercial de Loire Vins Domaine, la visite d’un acheteur américain au Domaine de Bois Mozé, à Coutures, est une vraie opportunité. “Nous souhaitons développer l’activité export, en particulier en Amérique du Nord.” Selon lui, il y a une véritable potentiel. “Les Américains sont des personnes pragmatiques, ils sont prêts à payer le prix pour un produit de qualité.” Concrètement, l’entreprise valorise mieux son produit à l’export.

H.R.
* organisée par le service promotion des Pays de la Loire de la CRA, le service de promotion économique de la région Centre, le salon des vins de Loire et les interprofessions (Interloire et BIVC).

Concours

Ligers 2014

Sur les 2 283 vins inscrits au concours des Ligers 2014, 145 médailles d’or, 239 médailles d’argent, 256 médailles de bronze ont été décernées. Le concours  est un repère rassurant pour le consommateur et un véritable outil d’aide à la vente. Pour connaître l’ensemble des lauréats, rendez- vous sur le site internet : http://www.concoursdesligers.com/le-palmares-edition-2014/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités