Aller au contenu principal

Investissement
La coopérative CAPL surfe sur le financement participatif

La CAPL et Loire Propriétés font appel au financement participatif pour lancer 2 projets avec un ancrage territorial fort.

Et si vous investissiez dans des parcelles de vignes ou dans un outil industriel dédié aux graines alimentaires ? C’est ce que proposent Loire Propriétés et la CAPL en lançant 2 campagnes de financement participatif à compter du 1er octobre.
Le premier projet se nomme Les Terres de Dumnacus. Le but est d’acquérir du foncier viticole dans le Val de Loire. L’autre projet concerne Perles d’Anjou. Cet outil industriel de traitement  de graines protéinées pour l’alimentation humaine est en cours de construction à Longué-Jumelles. 2 projets différents qui ont un point commun : « associer directement et indirectement tout l’écosystème d’une filière dans un ancrage territorial fort », explique Jean-Michel Mignot, directeur général de la CAPL, lors d’une conférence de presse, jeudi 15 septembre, à Brissac. C’est pour cette raison que tous deux seront portés par une Scic, une Société coopérative d’intérêt collectif (lire encadré). Salariés, adhérents, particuliers, clients, fournisseurs, partenaires économiques, financeurs, collectivités locales... Tous peuvent devenir associés à Perles d’Anjou ou Les Terres de Dumnacus. Pour chaque Scic, le montant d’une part a été fixé à 1 000 €. « Dans les 2 cas, le consommateur peut devenir acteur sur son territoire. »

Capter 2 millions d’euros
Le nouvel outil de la CAPL Perles d’Anjou demande un investissement colossal : 15 millions d’euros. A Longué Jumelles, sur ce nouveau site seront réceptionnées, séchées, triées et décortiquées des graines protéinées destinées à l’alimentation humaine telles que le quinoa, la lentille, le pois chiche, le millet, le psyllium, l’œillette, l’épeautre et le sarrasin. Soucieuse de garder sa capacité d’autofinancement pour investir dans de nouveaux outils de stockage, la CAPL espère capter minimum
2 millions d’€ grâce à cette campagne de financement participatif. « Nous avons déjà collecté 200 000 € sans lancement officiel de la campagne », sourit le directeur général. « Devenir sociétaire, c’est devenir consom’acteurs d’une agriculture plus durable made in Anjou ».
Portée par les Caves de la Loire, filiale de Loire propriétés, la Scic Les Terres de Dumnacus souhaite investir dans le vignoble du Val de Loire pour faciliter la transmission des exploitations viticoles, installer des jeunes vignerons pour permettre le renouvellement des générations.
 

Libérer du capital pour investir
« Pendant une dizaine d’années, les Caves de la Loire ont investi directement et de façon importante dans le vignoble pour maintenir leur volume de production », explique Jérôme Lemasson, directeur général pôle vins de Loire propriétés. Aujourd’hui, elle souhaiterait libérer ce capital pour plutôt investir dans son outil de vinification. C’est pour cette raison qu’elle a mis en place la Scic Terres de Dumnacus. Avec le financement participatif, elle espère aussi collecter
2 millions d’€ minimum. Première étape de la nouvelle société : acquérir un petit vignoble bio sur la zone de Chinon. Puis les vignobles du Domaine du Grand cerf et du GFA Vallagon en Loir et Cher seront aussi repris par la Scic Terres de Dumnacus. Une réserve permanente sera disponible pour acquérir du foncier. « Ce foncier pourra soit être confié en exploitation aux vignerons des Caves de la Loire soit à de nouveaux vignerons pour les aider à s’installer », précise Jérôme Lemasson.  « En devenant collectivement propriétaire de parcelles de vignes, le sociétaire devient ambassadeur des vins de Loire ».


Quel avantage pour le futur sociétaire ? Le premier : bénéficier d’une réduction d’impôts (taux en vigueur en 2022 de 25 %). « Le sociétaire  recevra aussi des gratifications en nature. On peut imaginer des paniers des produits de la coopérative », explique le directeur général de la CAPL. Les sociétaires pourront aussi participer aux événements dédiés et ainsi prendre part au projet dans lequel ils auront investi. « Pour les sociétaires de la Scic Les Terres de Dumnacus, on pourra organiser une journée de vendange pour nos sociétaires », cite pour exemple Jérôme Lemasson.

 


Comment participer ?
« Toute personne intéressée pour participer doit faire une demande de documentation auprès de la Scic », explique Jérôme Lemasson, directeur général pôle vins de Loire propriétés. Des flyers explicatifs sont disponibles dans tous les points de vente de la CAPL. La personne doit ensuite envoyer le bulletin d’intérêt à la Scic qui l’intéresse. Puis elle reçoit tous les éléments pour proposer son adhésion. « Toute candidature est validée en conseil coopératif », précisent les dirigeants de la CAPL.  
En savoir plus  sur les sites internet www.perlesdanjou.fr ou www.lesterresdedumnacus.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Allier fissuration et couverts végétaux
Le CER FRANCE Maine-et-Loire, le constructeur Actisol et le concessionnaire Modema Agri ont organisé le 13 septembre une journée…
L’inflation plombe son exploitation
Les éleveurs de bovins allaitants sont affectés par une hausse continue des charges depuis plusieurs mois. à Cherré, le jeune…
Bâtir une nouvelle vie autour de son élevage caprin
Au May sur Evre, Mélanie Canivet et Aurélien Rivet sont éleveurs caprins bio depuis le 1er août 2021. A la chèvrerie…
Des farmers irlandais et australiens à Festi’élevage
Des Irlandais et des Australiens, passionnés par la race parthenaise, avaient fait le déplacement au National de la race, à Festi…
Deux foyers cette semaine dans le Maine-et-Loire
Nous n’avions plus connu cela depuis le printemps dernier et la vague d’Influenza qui avait submergé l’Ouest du Maine-et-Loire .…
Rentrée explosive sur le prix du lait
Face à un prix du lait jugé insuffisant, FDSEA et JA demandent des hausses sans délai.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois