Aller au contenu principal

À La Coudraie, la reprise en ligne de mire

Quelle est la journée type d’un éleveur porcin ? Quels sont les faits marquants de 2019 ? Quel futur pour l’exploitation ? Autant de questions auxquelles Jean-Marie Cesbron, éleveur porcin à La Jumellière, a accepté de répondre.

© AA

Jean-Marie Cesbron est éleveur porcin à La Jumellière, dans les Mauges. Installé en 1980 en Gaec avec son père et son frère, il est depuis 1998 en EARL. Le nombre de truies est de 140, des “large white landrace”. Naisseur engraisseur, l’éleveur s’inscrit dans une démarche de qualité puisqu’il conduit l’élevage en porcs sans antibiotiques et en porcs bien-être.

L’éleveur fonctionne en bandes toutes les 5 semaines. Ainsi, les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas. « Pour un éleveur, l’activité la plus intéressante c’est la mise-bas. C’est aussi le moment le plus exigeant » souligne l’agriculteur. Lors de cette semaine, à la veille de l’hiver, la principale activité est la surveillance. « Le matin, je commence vers 7 h et je vais faire le tour de toutes les truies. J’aide les porcelets en difficultés, j’allume les lampes pour les réchauffer ». L’éleveur inspecte ensuite les autres bâtiments, puis « je vais casser la croûte vers 9 h, avant de nourrir manuellement les truies ». En revanche, les porcs à l’engraissement sont nourris à l’aide d’un distributeur automatique, aux alentours de 11 h. Il faut donc veiller au bon fonctionnement du matériel. Le reste de la journée est composé de surveillance, de soins aux porcelets, d’aide à la mise-bas...  Jean-Marie Cesbron rentre chez lui vers 19 h, où il retrouve sa famille.

Si l’année 2019, en porc, devait être résumée en trois mots, ce serait sans doute la fièvre porcine africaine. Si cela a permis une envolée des prix, le revers de la médaille est la fébrilité du marché par rapport à la maladie. « Si un cas est déclaré en France, on va avoir beaucoup de mal à exporter ». Le but pour 2020 est d’effectuer une transition vers l’arrêt de l’activité. En parrallèle, une voisine se forme chez lui, une manière de passer le flambeau de sa connaissance : « c’est tellement gratifiant de transmettre ce que je sais faire ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois