Aller au contenu principal

MAGAZINE
À la découverte de l’hortensia

Eric Fargetton a organisé un rendez-vous du végétal sur son exploitation horticole de Brain-sur-l’Authion, le mercredi 8 juillet. Au cours d’une visite guidée de deux heures, le public a découvert la culture de l’hortensia.

L’entreprise d’Eric Fargetton fournit le tournoi de tennis de Wimbledon en hortensias.
L’entreprise d’Eric Fargetton fournit le tournoi de tennis de Wimbledon en hortensias.
© AA

Eric Fargetton a ouvert au public les portes de son exploitation horticole mercredi 8 juillet dans le cadre des “Rendez-vous du végétal”. De juin à octobre, entreprises, laboratoires, grandes écoles, parcs et jardins du Maine-et-Loire reçoivent du public lors de cette saison de visites organisée par Terre des Sciences et les offices de tourisme. « C’est l’occasion de faire découvrir l’exploitation aux gens intéressés par l’horticulture », indique Eric Fargetton. Issu d’une famille d’horticulteurs angevins depuis 1827, celui-ci s’est installé sur la zone horticole de Brain-Sur-l’Authion en janvier 2001. Son exploitation d’horticulture conventionnelle produit chaque année 60 000 à 70 000 hortensias et 50 000 cyclamens environ ainsi que quelques cultures annexes comme le fuchsia. Trois salariés à temps complet ainsi que cinq à six saisonniers travaillent
au sein des 9 000 m² de serres et 1 200 m² d’ombrières de l’entreprise. Celle-ci cultive 20 à 25 variétés d’hortensias différentes et fournit le tournoi de tennis de Wimbledon. L’exploitation est en grande partie automatisée, notamment au niveau de l’arrosage. La part prépondérante de sa clientèle se résume à Cash Anjou et Horticash, deux grossistes qui revendent ensuite ses produits à des fleuristes.

La visite guidée
Au cours de la visite, Eric Fargetton a expliqué à la dizaine de visiteurs l’évolution de son métier. Aujourd’hui, les établissements horticoles spécialisent de plus en plus leur production afin de maîtriser au mieux chaque phase de culture. Les serres sont actuellement plus grandes qu’auparavant afin de maintenir l’hortensia à une température optimale de 18 à
20 °C. « Nous utilisons le gaz de ville naturel pour les chauffer et donc nous sommes sujet aux fluctuations de son prix, regrette Eric Fargetton. Ces derniers temps, les professionnels ont subi une plus forte hausse du prix du gaz que les particuliers, mais ici nous ne l’avons pas répercutée sur le prix de nos produits ». L’horticulteur a également présenté les rudiments de son métier. Pour cultiver un hortensia bleu, il faut à la fois que le PH du sol soit neutre et que le sol comporte de l’alumine, une substance souvent obtenue à l’aide de fragments d’ardoise. Les amateurs d’horticulture ont présenté des points de vue différents à la fin de la visite. « Même si l’établissement passe de plus en plus au biologique notamment pour l’éradication des insectes, il faut tout de même souligner l’aspect industriel de cette exploitation, remarque l’un d’entre eux. On n’a pas besoin d’être dans une zone horticole pour cultiver des hortensias ».

F.F.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités