Aller au contenu principal

Tour de plaine
La douceur automnale favorable aux semis mais aussi aux bioagresseurs

Dans le Maine-et-Loire, la plupart des agriculteurs ont terminé les semis de blé. Tous restent vigilants pour lutter contre les différents bioagresseurs.

Déjà 10 jours que le Gaec du Thouet a fini ses semis de blé et d’orge. A Bouzillé, l’exploitation a bénéficié de « super conditions de semis », souligne l’un des associés, Clément Rousselot. « Le lundi 10 octobre, il a plu près de 30 mm. Le mercredi, on a pu commencer nos semis tranquillement. » Derrière un maïs, le Gaec a implanté 35 hectares de céréales. Aujourd’hui, le résultat est au rendez-vous. « Avec les conditions météo, ça pousse super vite. » Avec un système très herbager, cette météo clémente permet aussi aux éleveurs de « gratter quelques tonnes de matière sèche d’herbe après l’épisode de sécheresse qu’on a eu ».
Pour l’heure, pas de problèmes de pucerons, ni de limaces à déplorer. De l’anti-limace a été appliqué autour de nouvelles parcelles de prairies. « On préfère ne pas prendre de risques vu les coûts des semences. »
Au Puiset Doré, le Gaec des Mimosas a aussi dû faire des traitements anti-limace sur des couverts céréaliers. Pour alimenter le méthaniseur, l’exploitation a semé 35 hectares de couverts : un mélange seigle, triticale et  féverole et un autre seigle,  triticale, vesce et trèfle. Il y a 15 jours, Maxime Rondeaux, l’un des 3 associés, a installé des pièges pour évaluer la quantité de limaces : « 20 à 30 limaces/m2 », estime l’agriculteur. « J’ai dû traiter entre 15 et 20 hectares. »
Il a aussi repéré des pucerons sur la féverole mais rien d’alarmant pour le moment. « Les températures élevées sont favorables au développement des pucerons », souligne l’agriculteur qui a semé du  blé, de l’orge, du triticale et du seigle la semaine dernière. « Quand je ferai le désherbage, je vais être particulièrement vigilant. En fonction de la pression, je traiterai. »

Observer régulièrement
A Vihiers, les semis de blé du Gaec l’Aventure se sont aussi déroulés dans de bonnes conditions. Implantés en semis direct le 19 octobre, les 32 hectares ont levé. Membre d’un groupe Dephy, l’agriculteur fait beaucoup d’observations pour mesurer l’intérêt (ou pas) d’un traitement. « Je fais le tour des parcelles tous les 2 jours pour vérifier si je n’ai pas de problèmes de ravageurs. Je n’ai rien remarqué pour le moment. » Il a la même stratégie pour sa culture de colza. « Je l’ai semé le 3 août dans la poussière. » Une implantation très précoce pour limiter les attaques d’insectes agresseurs. « Même s’il y a des altises dans la parcelle, ce ne sera pas préjudiciable parce que la culture est suffisamment développée. »  
A Cheviré le Rouge, Jonathan Bertrand a semé le week-end dernier 20 hectares de blé. « On manque encore d’eau mais cela m’a permis de ne pas me presser dans les travaux », note l’éleveur qui a semé toutes ses céréales en direct. L’agriculteur a pris l’habitude de semer tardivement « pour éviter les pucerons et limiter le salissement ». L’éleveur d’Epieds, Valentin Butet, opte pour la même stratégie. Il a implanté une soixantaine d’hectares de blé entre mercredi 26 octobre et lundi 31 octobre. « Sur le secteur, on est toujours les derniers à semer. Cela nous permet de moins sortir le pulvérisateur... »
L’agriculteur a apprécié les conditions dans lesquelles il a pu semer. « C’est royal. Même sur nos terres argileuses, on a pu faire un super travail. » Mais l’agriculteur attend avec impatience la pluie. « On n’a eu que 300 mm d’eau depuis le début de l’année. En 10 mois, il n’est tombé que 50 % de la pluviométrie annuelle », s’inquiète Valentin Butet.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois