Aller au contenu principal

Syndical
La FDSEA a rencontré des élus

Loi de modernisation agricole, emploi et retraites étaient le menu copieux proposé aux parlementaires.

Dans une période de turbulence économique et de solidarité européenne difficile à trouver (les députés étaient appelés à voter l’aide à la Grèce dans les heures qui suivaient l’entretien) mais aussi dans un contexte agricole tendu, même si les travaux des champs semblent la première préoccupation du moment - la crise agricole est toujours là - le débat a été dense et studieux entre les six parlementaires et le bureau de la FDSEA.
Jean-Paul Piet, secrétaire général de la FDSEA a insisté sur le contexte économique difficile de presque toutes les filières de production et a appelé de ses vœux de nouveaux soutiens et des réductions de charges pour passer le cap. Au delà du conjoncturel, il a invité les élus à
travailler afin de donner aux producteurs les outils nécessaires pour construire un nouveau schéma économique puisque l’Europe a choisi de se désengager de la gestion des marchés.
Anne Gautier, chargée de l’emploi a, a nouveau, dénoncé les distorsions de concurrences sur les charges de main-d’œuvre au sein de l’Europe et a demandé que les réductions de charges accordées aux emplois saisonniers soient étendues à tous les emplois agricoles. Évoquant les retraites, elle a rappelé la revendication très ancienne d’une retraite minimale à 75 % du Smic et a demandé que la pénibilité du travail soit reconnue dans la réforme actuellement en débat sur les retraites.
Jean-Marc Lézé, vice-président de la FDSEA, a évoqué la LMA sur laquelle le syndicalisme porte beaucoup d’attention. « Cette loi doit corriger les excès de la LME qui a donné trop de pouvoir aux distributeurs, sans contrepartie et sans protection du maillon le plus faible, la production. Elle doit aussi donner aux filières et aux producteurs le droit de s’organiser sans se faire reprocher des attitudes anticoncurrentielles. Elle doit enfin protéger le foncier agricole », a-t-il martelé.
Afin d’être très concrets, les responsables professionnels ont proposé des amendements au projet de loi aux quatre députés (Gilles Bourdouleix, Paul Jeanneteau, Marc Laffineur -représenté par Joseph Bossé- et Jean-Charles Taugourdeau) et deux sénateurs (Christian Gaudin et Daniel Raoult) présents. Alain Cholet, président de la Fédération laitière, a présenté les amendements concernant les interprofessions, l’organisation des producteurs et la contractualisation. François Beaupère a, lui, évoqué les amendements sur le contrôle des structures et la gestion du foncier agricole.
Enfin, au nom de Jeunes agriculteurs, Frédéric Vincent, le président départemental, a souhaité que soit ajouté au projet de loi un volet “Faciliter l’installation et le renouvellement des générations” qui apparaît comme un enjeu d’avenir pour l’agriculture. Il a demandé que la loi inscrive « dans le marbre » une politique d’installation et une dynamique de transmission.

SYLVAIN DAURY
(lire aussi en page 2)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités