Aller au contenu principal

La ferme combine couvert, méteil et pâturage

Dans le cadre du projet Ecophyto “Cap sans glypho”, la ferme “Le rêve des vaches” a présenté son itinéraire cultural qui lui permet de réduire son coût alimentaire.

Jean-Paul, Sophie, Thomas Pichaud et Manon Cordier.
Jean-Paul, Sophie, Thomas Pichaud et Manon Cordier.
© AA

Sur la ferme “Le rêve des vaches”, l’herbe a une place centrale dans l’alimentation. A Saint-Clément-de-la-Place, depuis 2012, Jean-Paul Pichaud est en agriculture biologique. Avec sa femme, il élève 60 vaches laitières, montbéliardes et jersiaises, pour 320 000 litres de lait produits. 56 % des fourrages sont apportés par de l’herbe pâturée ou stockée. Sur les 81 hectares, pour atteindre l’autonomie alimentaire, ils ont mis en place des méteils, des prairies sous couvert et développent des couverts à pâturer ou à faucher. Jeudi 31 octobre, la ferme a présenté son système lors d’un rendez-vous technique organisé par la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire et le Civam AD 49 dans le cadre du projet écophyto “Cap sans glypho”. Les vaches sont au pâturage de mi-avril à mi-juin.


Des méteils pour limiter les adventices
Les méteils sont récoltés soit en grain, soit en ensilage. Les mélanges ? épeautre, pois fourrager ou triticale, féverole ou encore avoine blanche, triticale, féverole et pois fourrager. La récolte en grain se déroule à la mi-juillet pour des rendements allant de 40 à
55 quintaux/hectare. Pour le méteil ensilage, il s’agit d’un mélange avoine, féverole, pois fourrager, vesce et trèfle squarrosum. Les rendements ? Entre 5,5 à 9 t de MS/ha en fonction de la date de récolte. « Les méteils nous permettent d’avoir des rendements réguliers et limitent les adventices et les maladies grâce au mélange d’espèces dans la parcelle », souligne Jean-Paul Pichaud. Autre atout : « les légumineuses apportent de l’azote aux céréales. » L’agriculteur apprécie aussi la simplicité de l’itinéraire technique : après la récolte de maïs ensilage, un coup de déchaumeur, de cultivateur, l’agriculteur passe le semis combiné, herse rotative-semoir.

H.R.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités