Aller au contenu principal

Fibre
La fibre et les haies

Suite à une première levée de bouclier au mois de novembre, un collectif de 13 organisations syndicales et associatives du Maine-et-Loire, dont la FDSEA et les JA49, ont rédigé un communiqué commun pour interpeller les collectivités et Anjou Fibre, sur la responsabilité de la taille et de l’entretien des haies. Une conférence de presse sera donnée le 5 mars à Chaudefonds-sur-Layon.

© AA

En Maine-et-Loire, pour aller vite, la fibre optique est déployée dans les campagnes au-dessus des fils téléphoniques et électriques. N’ont pas été intégrés dans le projet initial la remise en conformité et l’entretien des haies qui bordent les lignes, tout comme les pénalités financières en cas de dégât sur la fibre. Cette stratégie de court terme fait reposer intégralement la responsabilité sur les propriétaires et exploitants des terrains. Les élagages devant être réglementairement réalisés avant le 31 mars, la pression sur les agriculteurs est actuellement très forte et risque d’accentuer la disparition de linéaires de haies.

Ce dont nous nous réjouissons :

Nous nous réjouissons que les haies soient encore nombreuses en Anjou. Elles participent à l’identité paysagère du territoire. Leurs intérêts écologique et agricole ne font plus débat
(climat, protection de la ressource en eau, couloirs écologiques, réservoir d’auxiliaires pour protéger les cultures, abri pour les troupeaux, ressource énergétique). De nombreuses collectivités
soutiennent cette dynamique en subventionnant les plantations. Nous nous réjouissons également que les pouvoirs publics aient à coeur d’améliorer l’accès à internet en milieu rural. Jusqu’à
présent l’entretien des fils téléphoniques se faisaient en bonne intelligence, chacun prenant sa part de responsabilité (élagage partagé entre les collectivités et les riverains, réparations supportées par France Télécom/Orange). Nous nous réjouissons que les mondes agricole et environnemental soient unanimes quant à l’importance de préserver les haies et l’agriculture locale dans le cadre du déploiement de la fibre.

Ce que nous regrettons :

Nous regrettons le choix d’une stratégie de déploiement industriel, standard, reposant majoritairement sur l’aérien, sans concertation, sans prise en compte de la diversité des situations locales et qui aboutit à des aberrations (voir encadré). Nous regrettons que la remise en conformité des haies, leurs entretiens ultérieurs et le coût des réparations en cas de casse de la fibre sur les terrains privés n’aient pas été intégrés dans le modèle économique de déploiement d’Anjou Numérique et Anjou Fibre. Nous déplorons la remise en cause des usages concernant les lignes téléphoniques. Les riverains/agriculteurs portent désormais seuls ces responsabilités (les assurances agricoles ne prendront pas en charge le coût des réparations de la fibre.)
Nous regrettons la pression morale mise de fait sur les agriculteurs/riverains (courriers des mairies, journaux locaux) : si les haies ne sont pas élaguées, la fibre n’est pas déployée, les habitants doivent attendre plus longtemps un bon accès à internet (sous la pression, nous avons pu être témoins de chantier de taille dangereux (au bord des routes, sans arrêté municipal).

Ce que nous proposons :

Nous proposons de considérer les haies comme des biens communs essentiels et de partager la responsabilité de leurs entretiens et des dégâts potentiels qu’elles peuvent engendrer sur la fibre optique. Avant la pose de la fibre, nous souhaitons que les chantiers de remise en conformité des haies soient organisés et réalisés par les collectivités selon des méthodes de coupes adaptées avec la participation des riverains en particulier des agriculteurs pour aider (ex. évacuation du bois taillé). Sécurité des chantiers, meilleures pratiques de coupes les conséquences positives seront nombreuses. Lorsque la fibre a été posée « dans les arbres », sans élagage préalable, nous souhaitons qu’Anjou Fibre assume sa responsabilité en prenant en charge la remise en conformité de ces haies. Une fois la fibre implantée sur un réseau bocager remis en conformité, nous souhaitons que l’entretien des haies continue
selon l’usage adopté depuis des décennies, les collectivités (département ou mairie selon les types de voies) entretenant le côté route et les riverains le haut des haies et le côté champ. En cas d’accident sur les lignes, la responsabilité doit incomber à Anjou Numérique et être intégrée financièrement dans la stratégie d’exploitation du réseau. Pour prévenir les casses, nous proposons d’impliquer les riverains/agriculteurs pour identifier les endroits sensibles afin d’y déployer la fibre selon des méthodes adaptées tel que cela avait été fait pour les fils téléphoniques (ex. lignes surélevées, adaptateurs, enterrement local).


Des aberrations

Souvent la fibre a été passée “dans les arbres” ce qui complexifie un élagage ultérieur (pourtant obligatoire) sans casse. Là, le déploiement se fait sur des lignes téléphoniques
abandonnées du fait de trop fréquentes coupures (plomb des chasseurs, pareuse communale). Ailleurs, la fibre est posée trop bas (les adaptateurs pour surélever les lignes
téléphoniques sont enlevés) et certaines parcelles deviennent inaccessibles aux engins agricoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités