Aller au contenu principal

La filière ovine en grande difficulté

Pâques est traditionnellement une période de vente importante pour la filière ovine. Cette année, tout est bouleversé.

Les agneaux de la filière ovine vont avoir du mal à se vendre cette année pour Pâques.
Les agneaux de la filière ovine vont avoir du mal à se vendre cette année pour Pâques.
© AA

« La conjoncture est vraiment compliquée, et les nouvelles du national ne sont pas rassurantes », estime Marc Humeau, représentant de la Maison du Mouton, organe faisant suite au GIE. éleveur ovin à La Pommeraye, il constate, comme le reste de ses collègues, la difficulté d'écouler les agneaux. « à Pâques, c'est une période importante pour les ventes. La consommation augmente et les cours sont hauts ». Sauf qu'avec le coronavirus, la consommation baisse, et la viande d'agneau d'import, déjà arrivée sur le territoire, risque d'être écoulée en priorité. Ainsi, en France, 1 tiers des agneaux ne sont pas abattus, et sont gardés sur les exploitations.
« Lorsque l'on garde les agneaux plus de 15 jours, la qualité des carcasses se dégrade ». De plus, la consommation, principalement festive, de l'agneau va fortement chuter. Certains bouchers se sont engagés à travailler différemment le gigot, afin de favoriser l'achat d'agneau français. Mais l'impact sur le marché sera limité, et les producteurs avancent dans le flou. « Pâques donne le las pour les cours annuels ».
Autre inquiétude, l'aspect économique de la France en sortie de crise. Régionalement, des accords ont été trouvés avec les opérateurs afin de favoriser la viande française. Mais celle-ci a un prix plus élevé. « Les opérateurs aussi vont faire face à des difficultés économiques », détaille Marc Humeau. L'éleveur appelle les Français à « consommer de l'agneau de nos régions pour soutenir les producteurs, et répondre à l'inquiétude des éleveurs ». La région Pays de la Loire peut faire partie de celle qui s'en sort le mieux, grâce notamment au fort bassin de consommation qu'elle constitue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les règles d’entretien des jachères
Les parcelles déclarées en jachères doivent respecter certaines règles d’entretien. Avec la crise en Ukraine et la dérogation…
Une nouvelle formule pour la Petite Angevine
À Beaupreau, la Petite Angevine revient après 2 années d’absence à cause de la crise sanitaire. Mais les organisateurs ont décidé…
Le chantier de l’unité Doué-Métha enfin sur les rails
Dix ans après le début du projet, le chantier de l’unité de méthanisation collective du Douessin a démarré à Concourson-sur-Layon…
Protéger les tournesols des oiseaux
Le Gaec de la Coudre utilise depuis 3 ans un canon Tonnfort 5 sur ses parcelles de tournesols. Le but : lutter contre les…
Abattage préventif des palmipèdes et dindes, hors repro
Avec seulement 2 nouveaux cas le week-end dernier et une suspicion mardi, la croissance de l’épidémie dans le Maine-et-Loire…
« Il ne faut pas continuer à convertir des exploitations en bio s'il n'y a pas de marché »
Interview de Jacques Mousseau, responsable du dossier bio de la FDSEA de Maine-et-Loire.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois