Aller au contenu principal

La filière pigeon a du plomb dans l’aile

Les éleveurs de pigeons se retrouvent une nouvelle fois dans une situation délicate. Des aides seront indispensables pour sauver la filière.

© PixaBay

Pour nombre d’agriculteurs, ce deuxième confinement vient ponctuer une année 2020 déjà très compliquée. De nombreuses filières déplorent des manques à gagner vertigineux.


Se réorganiser
Pour la filière pigeon, le principal débouché est la restauration. Les éleveurs se retrouvent une nouvelle fois dans le marasme.  « On sentait que la consommation commençait à revenir doucement, et tout d’un coup, tout s’effondre de nouveau », analyse Fadil Bendeffou, éleveur au Louroux-Béconnais. Ce dernier continue sa production, en espérant une reprise de l’activité dans les mois à venir. « On avance en aveugle, et on ne sait pas si la filière tiendra ». Lors du dernier confinement, Fadil Bendeffou a dû s’adapter et se tourner vers des points de vente différents de ses marchés habituels. La GMS, ou des start-up comme Promus. Cette fois encore, l’éleveur doit s’adapter, et a commencé à livrer l’Intermarché de sa commune. Dès lors, les colombiculteurs vont être obligés de réduire la voilure en diminuant le cheptel, faute de débouchés. Avec, à la clé, une nouvelle baisse de chiffre d’affaires. « Je suis à 50 % de mon CA habituel depuis mars. Le pire, c’est que nous sommes une petite filière, et on ne se sent pas écouté du tout, pas pris au sérieux ». Un coup dur pour l’éleveur, qui envisageait pourtant de se lancer dans l’abattage à la ferme et la vente directe. Mais à l’heure actuelle, difficile de se projeter. « Sans le fonds de solidarité et les aides de la communauté de communes, je n’aurais pas tenu ».


La filière est inquiète
« On voit des collègues qui ne peuvent plus payer leurs fournisseurs. Il va y avoir de la casse en 2021 pour notre filière », appuie Myriam Teillet, membre de l’Union régionale des éleveurs professionnels de pigeons et éleveuse à Sainte-Hermine, en Vendée. « Avec l’année 2020, les congélateurs sont pleins de pigeonneaux. On comptait sur novembre et décembre pour écouler la production, mais avec cette nouvelle fermeture des restaurants, ce n’est plus possible... », analyse l’éleveuse.


Article complet dans l'Anjou Agricole du 13 novembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois