Aller au contenu principal

La filière semences veut continuer à innover

Compétitivité, qualité des produits, recherche et innovation : le Gnis, l’interprofession des semences et plants, a fait le point sur les enjeux de la filière semencière française, le 26 janvier à Beaucouzé (49)

Semences potagères. On compte 1 768 agriculteurs multiplicateurs dans la région des Pays-de-la-Loire, soit 10 % des multiplicateurs français.
Semences potagères. On compte 1 768 agriculteurs multiplicateurs dans la région des Pays-de-la-Loire, soit 10 % des multiplicateurs français.
© AA

Juste derrière les géants étasunien et chinois, la France est le 3e marché intérieur pour les semences dans le monde. Et depuis deux ans, elle s’est hissée à la première place des exportateurs et contribue à hauteur de 24 % à l’excédent commercial du secteur agricole (sans l’agro-alimentaire). La France exporte des semences vers 150 pays. Ces quelques données ont été rappelées lors de la conférence de presse annuelle du Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et des plants), le 26 janvier à Beaucouzé.

« Ce qui fait la force de la filière, c’est le dynamisme de la création variétale », souligne Vincent Poupard. délégué régional Ouest du Gnis.

L’enjeu aujourd’hui, est de maintenir et renforcer cette dynamique de création, pour répondre aux enjeux de la société : nourrir une population en augmentation, compenser la diminution des surfaces agricoles, faire face au réchauffement climatique...

Une des priorités est d’assurer le financement des innovations, notamment par le Certificat d’obtention végétale, le COV, qui est désormais étendu à l’ensemble des céréales à paille.

La filière veut aussi pouvoir continuer à accéder à une large palette de moyens techniques et technologiques. « Or, la mutagenèse, utilisée depuis les années 1950-60, est aujourd’hui remise en cause par certains et les plantes sont présentées comme des “OGM cachés”», explique Vincent Poupard.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités