Aller au contenu principal

Interview
La génétique, facteur d’amélioration du revenu

Raymond Ménard, président du Syndicat départemental charolais.

Le Maine-et-Loire accueille l’assemblée générale régionale le 6 juillet prochain. À qui s’adresse cette rencontre ?
Raymond Ménard : Cette rencontre a pour but de promouvoir la race et tout le travail réalisé en génétique. C’est pourquoi elle est ouverte à tout éleveur du Maine-et-Loire, qu’il soit adhérent ou non du syndicat de race ou de Bovicap.

Que doit la race charolaise à la génétique ?
Beaucoup de progrès ont été obtenus, ces dernières années, notamment pour les vêlages, grâce à la collaboration de tous les organismes d’élevage et aux schémas de sélection établis par le Herdbook charolais qui sélectionne les taureaux les plus adéquats. Ainsi, désormais, on considère que 80 % des vaches charolaises vêlent toutes seules.
Progrès aussi en terme de valorisation des fourrages grossiers en complémentation avec des céréales et de quelques apports extérieurs. La matinée du 6 juillet sera d’ailleurs consacrée à ce thème avec l’intervention de Jean-Paul Coutard, de la ferme de Thorigné, qui viendra parler de l’alimentation.

Ces avancées techniques sont-elles suffisantes pour tirer un revenu ?
Une bonne maîtrise technique contribue au revenu. Les animaux de bonne qualité trouvent preneurs. C’est plus délicat pour les animaux moyens. Il faut donc encourager les éleveurs à aller vers des démarches qualité pour tirer une meilleure valorisation, réduire les IVV et viser un taux de fécondité correct. Autant d’éléments que peut amener la génétique. On reste néanmoins dans un contexte mondial. C’est ce que viendra évoquer Jean-Pierre Fleury, administrateur de la FNB (Fédération nationale bovine). Il évoquera notamment les risques que font courir les négociations du Mercosur pour la production bovine française et européenne.
L’après-midi se déroulera sur l’exploitation de Gérard Androt, à Saint-Hilaire-du-Bois. Cet éleveur a recours à l’insémination animale pour l’amélioration génétique de son troupeau.

Recueilli par M. L.-R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités