Aller au contenu principal

La lentille verte vient enrichir la rotation

Agriculteurs à Meigné-le-Vicomte, aux confins du Maine-et-Loire, de la Sarthe et de l'Indre-et-Loire, Didier et Nicolas Bellanger cultivent depuis 3 ans de la lentille verte, en contrat avec la coopérative CAPL.

La lentille est une légumineuse intéressante agronomiquement, mais qui demande beaucoup de soins à l’implantation et une bonne dose de patience à la récolte.
La lentille est une légumineuse intéressante agronomiquement, mais qui demande beaucoup de soins à l’implantation et une bonne dose de patience à la récolte.
© AA

« Ma coopérative, la CAPL, m’a proposé de diversifier mes productions en cultivant de la lentille », explique Didier Bellanger, du Gaec de la Maillardière, dans le Baugeois. Une légumineuse qui vient diversifier l’assolement, rallonger les rotations et apporter de l’azote au sol. Ce printemps, l’agriculteur a semé  8 ha 1/2 le 26 mars.

L’implantation est une période clé pour la lentille, et avant même cela, le choix de la parcelle est crucial. " Je suis venu dès le mois de décembre pour conseiller
l’agriculteur ", explique Xavier Bonneau, technico-commercial à la CAPL dans le Baugeois.  L’idéal  ? Des sols non hydromorphes, car la lentille ne supporte pas les excès d’eau, et sans cailloux.
La culture peut en revanche se contenter de sols à potentiel faible ou moyen. Elle nécessite peu ou pas de fertilisation. En termes de traitements, un désherbage post semis-prélevée est appliqué, avec parfois un rattrapage si besoin, puis un à deux fongicides au moment de la floraison (contre le botrytis).


Récolter l’après-midi
La récolte est une étape délicate : « c’est la phase la plus compliquée », estime Didier Bellanger. La culture de lentille ne monte pas très haut (autour de 25 cm ) et a tendance à verser. Il faut donc poser la coupe à même le sol et récolter en conditions sèches. « L’après-midi est le meilleur moment. Si l’on essaie de récolter le matin, avec la rosée, les plantes se couchent et se tassent devant la coupe ». L’agriculteur récolte avec sa propre moissonneuse-batteuse. L’an dernier, il a fallu deux jours pour faire une dizaine d’hectares.
L’an dernier, le rendement était de 1,6 tonne/ha chez Didier Bellanger, mais il peut atteindre plus de 2 tonnes dans des sols profonds. La marge brute à l’hectare en 2018 était de 820 euros. Un des gros avantages apportés par la contractualisation, c’est que l’on « connaît le prix de la culture dès le semis », apprécie Didier Bellanger.

Convaincu qu’il est prudent de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier, l’agriculteur  joue avec la CAPL la carte de la diversification et des cultures sources de valeur ajoutée, en faisant des blés CRC (Cultures raisonnées contrôlées), et plusieurs cultures sous contrats : lentilles mais aussi quinoa, pois chiche, ou encore tournesol pour l’oisellerie.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Au cours de la journée, les six conférences techniques ont rassemblé du public. L'événement a accueilli 1300 visiteurs sur le site de Thorigné-d'Anjou.
1 300 visiteurs à Thorigné d'Anjou
La ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou a accueilli 1 300 visiteurs jeudi 16 mai pour une restitution de ses travaux de…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois