Aller au contenu principal

Bio
La maîtrise de la finition des femelles, un point clé en viande bovine bio

Il est possible de conduire de manière très rentable un élevage bio. Exemple à la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou.

Des femelles en bon état permettent une bonne valorisation.
Des femelles en bon état permettent une bonne valorisation.
© AA
Avec 16 % de la production nationale, la région des Pays de la Loire est leader en viande bovine biologique. Il est alors étonnant de constater que les effectifs de vaches et de génisses vendus pour la boucherie y sont en baisse et que le potentiel de production est loin d’être pleinement valorisé. Exemple : « Un troupeau de 52 vaches devrait vendre 25 femelles finies à la boucherie, or seules dix y partent en moyenne, alors même que le contexte est favorable, avec une demande croissante en viande », a exposé Jean-Paul Coutard, responsable de la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou qui ouvrait ses portes aux éleveurs mercredi 23. Comment expliquer ce désintérêt pour l’engraissement ? « Certains éleveurs valorisent leurs vaches de bon niveau génétique pour la reproduction. Pour d’autres, il y a un problème de confiance en la rentabilité de la viande bio », affirme l’ingénieur. Pourtant, une finition bien réalisée est tout à fait rentable, a-t-il expliqué en s’appuyant sur les huit années d’expérience de la ferme de la Cheminée.

Femelles jeunes, finition courte
La stratégie adoptée à Thorigné consiste à mettre toutes les femelles à la reproduction (seulement 8 % de vraies génisses) et à produire des femelles jeunes. À l’issue d’un premier tri, ne sont gardées que les reproductrices correctes jusqu’à sept ans, exceptionnellement jusqu’à neuf pour les meilleurs potentiels génétiques. Ceci permet de profiter du progrès génétique et de produire des animaux plus lourds, et donc mieux classés et mieux payés. Les carcasses de limousines obtenues ici pèsent
400,8 kg en moyenne, sont classées en R+ U- et 97 % sont classées en 3. La finition est courte : elle dure en moyenne 76 jours, transition comprise. Pour y parvenir, « il faut gérer non seulement la ration de finition mais aussi l’état corporel en début de finition, c’est-à-dire ne pas trop laisser maigrir les animaux », insiste Jean-Paul Coutard.
Pour essayer de réduire les coûts, il a été tenté de baisser les rations d’azote en finition : une solution à écarter, tant les risques de pertes de performances sont élevés. « Si l’on veut éviter les compléments azotés, il est préférable de privilégier les fourrages riches en azote », conseille-t-il plutôt, faisant référence notamment aux prairies à flore variée semées sur la ferme expérimentale. Au final, les femelles commercialisées à Thorigné sont bien valorisées, avec une plus-value économique nettement supérieure au coût alimentaire de la phase de finition. Ainsi 21 femelles ont été vendues pour la campagne 2006-2007 à un prix de carcasse moyen de 4,09 euro/kg de carcasse. Hors recherches, la ferme de la Cheminée remplit tout à fait son objectif de rentabilité.
S.H.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
La fibre et les haies
Suite à une première levée de bouclier au mois de novembre, un collectif de 13 organisations syndicales et associatives du Maine-…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités