Aller au contenu principal

MAGAZINE
La noblesse des grains

Samedi, aux Greniers Saint-Jean, une dégustation de vins d’Anjou “Sélection de grains nobles” est proposée au public. Philippe Delesvaux, viticulteur, dévoile quelques secrets de fabrication de ces vins rares et prestigieux.

Philippe Delesvaux : « Le botrytis est un champignon magique ».
Philippe Delesvaux : « Le botrytis est un champignon magique ».
© AA

Vins d’exception, de par leur faible tirage (une soixantaine d’hectolitres cette année, seuls 6 en 2008…), les grains nobles ne sont pas pour autant réservés aux palais des spécialistes et amateurs éclairés.  Samedi 28 novembre, de 15 h à 20 h, aux Greniers à Saint-Jean, à Angers,  chacun pourra déguster, en compagnie des viticulteurs, des vins d’Anjou titulaires de la précieuse mention “Grains nobles”. Des coteaux du layon, des coteaux du layon avec un nom de commune et des coteaux de l’aubance : ce sont les trois seules appellations du Val de Loire autorisées à élaborer des vins à partir de chenins atteints de pourriture noble ou botrytis. Philippe Delesvaux, viticulteur à Saint-Aubin-de-Luigné, est un des seuls à en faire chaque année : « Le botrytis est un champignon magique. Il faut des conditions particulières afin qu’il apparaisse, ou pas,  sur des raisins mûrs, à la fin de l’été : des nuits froides, une brume matinale, de la chaleur l’après-midi et du vent… ». Mais il ne suffit pas de croiser les doigts et d’attendre que la nature fasse son œuvre : « Tout un travail est nécessaire en amont. Nous choisissons des vignes qui fournissent plutôt de petits grains, nous favorisons la maturité. Il n’y a pas de place pour l’opportunisme en la matière ». Le rendement est limité à 2 à 3 hectolitres par hectare. Si bien qu’un vendangeur, qui recueille en moyenne une barrique de raisin par jour, n’en récolte que 10 litres en grains nobles. Des tries très serrées sont effectuées, pour obtenir des jus  très riches en sucre, « pas au-dessous de 19° ». Aucune chaptalisation, aucun enrichissement n’est autorisé. Sucrés, concentrés, liquoreux, les grains nobles ne
sont « ni lourds, ni plus riches en alcool », souligne le vigneron. Ils trouvent preneur, pour la plupart, auprès de clients étrangers, aux États-Unis, au Canada, en Chine ou encore Russie, entre 20 et 30 euros la bouteille de 50 centilitres. L’élevage minimum étant fixé à dix-huit mois, ce sont aussi des vins qui nécessitent de la patience avant d’être goûtés.

S.H.


* Droit d’entrée :  4 €, verre et dégustation inclus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités