Aller au contenu principal

Témoignage
La passion de l’élevage, de père en fils

Âgé de seize ans, Mathieu Charbonnier a le projet de s’installer dans quelques années sur l’exploitation familiale de Montilliers. 

Mathieu Charbonnier suit les traces de son frère Damien. Il souhaite lui aussi s’installer sur l’exploitation familiale.
Mathieu Charbonnier suit les traces de son frère Damien. Il souhaite lui aussi s’installer sur l’exploitation familiale.
© AA
À l’âge où d’autres ne savent pas encore ce qu’ils veulent faire, Mathieu Charbonnier, 16 ans, est déjà très déterminé. Ce fils d’éleveur - bovins allaitants et ovins - souhaite reprendre le flambeau familial. « Depuis trois ans, je sais que c’est le métier que je veux faire. J’ai toujours été bercé dedans. J’ai toujours aimé le contact avec les animaux », explique-t-il. Actuellement en 2e année de BEP conduite de productions agricoles au lycée de Pouillé, il entrera l’an prochain en Bac pro, avant d’effecteur un BTS Acse (Analyse et conduite des systèmes d’exploitation). L’an dernier, Jean-Marc Gaborit, éleveur à La Cornuaille, est venu dans sa classe présenter le métier d’éleveur ovin et les élèves se sont ensuite rendus sur deux élevages. « Beaucoup ne connaissaient pas cette production. Moi, ça m’a permis d’avoir une bonne vision d’ensemble de la filière et de découvrir d’autres races ». Quand la proposition leur a été faite de participer aux Olympiades des jeunes bergers début janvier (lire ci-contre), Mathieu n’a pas hésité une seconde et, même s’il n’est pas monté sur le podium, il serait prêt à renouveler l’expérience l’an prochain.
La passion de l’élevage est un virus familial : le jeune homme marche sur les traces de son grand frère, Damien, 23 ans, qui va s’installer en Gaec avec leur père, Francis, en avril. Quand Mathieu aura fini ses études et travaillé deux ou trois ans comme salarié « pour connaître d’autres expériences, d’autres productions », Francis sera alors en âge de prendre sa retraite.
Sélectionneurs depuis 40 ans
Sur le point de s’associer, le père et le fils aîné ont pris en compte la future installation du benjamin dans leur projet. « En 2003, j’ai construit une bergerie toute neuve pour passer de 80 à 120 brebis avec déjà en tête l’installation de Damien. Là, nous allons reprendre une exploitation de 50 hectares pour augmenter le troupeau de vaches allaitantes. Savoir que Mathieu envisage à son tour de s’installer a pesé dans la décision », explique l’agriculteur.
Francis et sa femme sont satisfaits de la décision de leurs fils : « Ici nous faisons de la sélection depuis 40 ou 50 ans. C’est un métier de passionné, un métier que l’on choisit, on ne peut pas vous l’imposer. Cela fait plaisir de savoir que l’exploitation sur laquelle on a travaillé pendant quarante ans va être reprise par ses enfants ». En attendant, après l’internat la semaine, Mathieu est content de retrouver, chaque week-end, l’élevage familial à Montilliers. « Quand il rentre, il fait le tour de l’exploitation pour voir les agneaux qui sont nés dans la semaine », glisse sa maman.

D.J.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Protéger les tournesols des oiseaux
Le Gaec de la Coudre utilise depuis 3 ans un canon Tonnfort 5 sur ses parcelles de tournesols. Le but : lutter contre les…
Le chantier de l’unité Doué-Métha enfin sur les rails
Dix ans après le début du projet, le chantier de l’unité de méthanisation collective du Douessin a démarré à Concourson-sur-Layon…
Roulage avant semis de maïs dans la luzerne
A Pruillé (Longuenée-en-Anjou), Samuel Aubert cherche à concilier agriculture biologique avec agriculture de conservation des…
Une météo idéale pour les semis
Le Gaec du Thouet a commencé les semis de maïs depuis la semaine dernière. A Bouzillé, depuis 2 ans, l’exploitation en…
Cultures : la pluie se fait attendre...
Le déficit hydrique commence à inquiéter les agriculteurs du Maine-et-Loire.
Influenza : organiser le repeuplement
Le Cravi a tenu une réunion vendredi 6 mai à Angers en présence de la Draaf. Le début du repeuplement est programmé pour début…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois