Aller au contenu principal

Crise bovine ‹
La préfecture fait la sourde oreille

Le conseil d’administration de la section bovine n’a pas été reçu par la préfecture mercredi soir, à Angers.

La porte est restée close. Ce mercredi, la section bovine de la FDSEA de Maine-et-Loire avait pris contact avec les pouvoirs publics pour venir faire un état des lieux des graves difficultés des éleveurs de bovins. Une façon de les alerter sur la conjoncture actuelle, sur les inquiétudes au sujet de la FCO mais aussi de l’avenir de la filière dans le cadre de la réorganisation de la Pac. « Nous sommes interloqués par cette attitude, accuse Mickaël Bazantay, président de la section. L’administration ne pouvait pas faire mieux pour montrer son manque d’intérêt pour notre filière. » La situation des éleveurs de bovins qui manifestaient dans plusieurs régions mercredi, devient très préoccupante. Après une année 2007, avec un recul des revenus de 23 %, le premier semestre 2008 et les mois à venir ne s’annoncent pas de meilleure augure. Le marché italien, bloqué depuis le 3 mars, marque l’arrêt de tous les échanges et des cotations, notamment pour le maigre. Sur le marché local, le manque de lisibilité des cours perturbe les transactions. Les engraisseurs, affectés comme les autres filières animales par la hausse des coûts alimentaires et autres intrants réduisent leurs mises en place. « Certains sont à moins 30-40 % en broutard ». Tous les profils d’élevage sont donc affectés par la baisse des cours conjuguée à l’accumulation des charges. Il ne faudrait pas oublier non plus le non respect des accords interprofessionnels par les structures d’abattage, ni l’impact de la FCO qui se traduit sur les marchés, et sur le coût de la désinsectisation. « Bon nombre d’éleveurs, ont l’impression d’être pris dans un étau. Nous n’allons pas en rester là ».

H.D.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités