Aller au contenu principal

Agriculture de conservation
La preuve par l’orage

L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information adressée aux élus de Mauges Communauté et du Syndicat mixte des bassins versants Evre, Thau-Saint-Denis, Robinets, Haie d’Allots. Objectif : mettre en avant l’agriculture de conservation, et notamment, son rôle de rempart contre l’érosion des sols agricoles.

Une quantité de 20 mm d’eau a été déversée sur cette parcelle en agriculture de conservation. L’eau a pénétré très rapidement dans le sol.
© AA

L’équivalent d’une pluie d’orage larguée à l’aide d’un télescopique. Quand on parle d’agriculture de conservation, on met souvent en avant le fait que les sols absorbent mieux l’eau, que les phénomènes d’érosion, d’écoulement sont évités. Pour le démontrer, l’association AC des Mauges a déversé cette grande quantité d’eau sur une parcelle conduite en AC, mardi 16 mars, lors d’une demi-journée d’information adressée aux élus de Mauges Communauté et du Smib. Démonstration probante : l’eau s’infiltre très vite, les bottes des participants ne collent pas, et les vers de terre apparaissent rapidement à la surface.
La démo s’est déroulée à l’EARL Alliance, exploitation de valentin Pelé et Fabrice Gélineau. « Nous étions en techniques culturales simplifiées de 2000 à 2018, et on s’est rendu compte que nos sols n’évoluaient pas du tout. Nous avons fait alors le choix de passer d’abord toutes nos cultures d’automne en semis direct avec des couverts, et on voit depuis le sol évoluer », a témoigné Fabrice Gélineau, qui est co-président d’AC des Mauges.


Une portance des sols améliorée
Depuis 2017-2018, la totalité de l’exploitation est en AC. Les semis d’automne sont réalisés avec un outil à disque, ceux de printemps avec un strip-till. Le sol est plus riche en matière organique, avec 0,2 à 0,3 % de MO gagnés depuis 3 à 4 ans.  La portance des sols, l’absorption de l’eau se sont améliorées et s’accompagnent d’un développement de la faune et de la flore. Les sols ont aussi une réserve utile plus importante pour l’été.  Avec un niveau de productivité similaire à avant. « C’est simple, 100 % de notre SAU, qui fait 243 ha, sont utilisés pour nourrir ou le sol, ou les vaches de notre élevage. Nous ne faisons pas de cultures de ventes », résument les associés de l’EARL Alliance.
Entre l’agriculture conventionnelle, et le bio, « nous souhaitions montrer aux élus qu’il existe une troisième agriculture qui s’engage pleinement dans le développement durable. Celle-ci répond aux enjeux de demain : captation du carbone, réduction du réchauffement climatique, augmentation de la biodiversité…», a souligné Tony Cogné, président d’AC des Mauges. Il a précisé que pour que l’AC fonctionne, il ne faut négliger aucun de ses trois piliers : le non travail du sol, la couverture permanente des sols, la diversité des rotations et des cultures implantées.
C’est une agriculture d’observation et de patience aussi : « on s’intéresse plus à ce qui se passe sous nos pieds, on passe plus de temps à l’observation que dans le tracteur », explique Fabrice Gélineau.
S.H.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois