Aller au contenu principal

La procédure calamités agricoles est en marche

La mission d’enquête a sillonné le département pour expertiser les dégâts sur les fourrages et les cultures.

© AA

A l’initiative de la FDSEA et de la Chambre d’agriculture, une demande de reconnaissance calamités agricoles a été formulée pour répondre aux dégâts causés par les inondations de début juin. Une mission d’enquête s’est donc déplacée sur sept exploitations sinistrées, sillonnant le département d’Ouest en Est, afin d’établir un état des lieux de la situation. Un comité départemental d’expertise est ensuite prévu le 20 juillet pour valider le dossier départemental, qui devra ensuite être présenté en commission nationale calamités. Les fourrages et certaines cultures non assurables pourraient alors bénéficier des fonds calamités.

Sinistrées par les eaux
Selon un premier état des lieux, plus de 14 000 ha ont été recouverts d’eau, touchant 600 exploitations, dont 11 000 hectares de prairies. Les foins sont donc condamnés, dans des secteurs où traditionnellement il n’y a qu’une seule coupe par an. Pour certains éleveurs, c’est donc une vraie catastrophe car les animaux sont déjà rentrés dans les bâtiments, mettant déjà à mal les stocks fourragers.
Se pose également la question de la remise en état des prairies. Certains éleveurs pensent faucher et botteler pour nettoyer les parcelles. D’autres misent sur un simple broyage en espérant que le regain n’en pâtisse pas trop.

2 000 hectares de maïs touchés
La crue a également mis à mal les semis de printemps avec près de 2 000 hectares de maïs détruits. Certaines parcelles ne pourront  être re-semés, mais certains éleveurs vont malgré tout tenter des semis avec des indices de précocité importants (jusqu’à 180).
éric Roux, de la DDT, a insisté auprès des exploitations visitées que soit retourné, avant le 8 juillet, le formulaire “cas de force majeure” afin que les cultures détruites ou non semées au 15 juin bénéficient des aides Pac.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 1er juillet 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités