Aller au contenu principal

Elevage
La recherche de complémentarité entre le sol, les animaux et les cultures

Au cœur du vignoble angevin, à Chaudefonds-sur-Layon, Etienne Dubillot élève des blondes d’Aquitaine et cultive la vigne, en système biologique. Deux productions qui se complètent parfaitement bien.

Etienne Dubillot a un parcellaire très morcellé, dont beaucoup de prairies permanentes en coteaux et en vallée du Layon.
© AA

Un reportage dans le cadre de Festi'élevage 2022.

« S’adapter à son environnement, faire le lien entre le sol, les animaux, les cultures, l’outil de travail et les hommes est essentiel pour parvenir à l’autonomie ». Avec des parcelles de prairies et de cultures complètement morcelées, situées dans les coteaux, en vallée, entre les vignes, avec deux productions à gérer en parallèle, Etienne Dubillot pourrait trouver le défi décourageant. Tout au contraire, le jeune agriculteur, installé en 2016, a voulu faire de cette diversité une force. La période des vendanges qui coïncide avec celle des vêlages ? « Je le considère comme un point fort, souligne le jeune agriculteur. C’est une période intense de travail, pendant laquelle je suis très présent sur l’exploitation, où j’ai toujours l’œil sur les vaches. Une fois les vendanges finies, on démarre les IA, c’est une période plus calme, moins physique ». Les deux productions font l’objet de la même attention. « Ce qui me tient à cœur, c’est que les deux soient liées, et non pas qu’elles cohabitent et que l’une rattrape l’autre en cas de défaillance ! Il m’importe beaucoup qu’elles soient toutes deux rentables », insiste Etienne Dubillot.


Une gestion rigoureuse du troupeau
Cette rentabilité, elle passe par une gestion du troupeau extrêmement rigoureuse, avec un taux d’IA de 100 %, une période de vêlages stricte, de septembre à fin novembre, des moyens de surveillance comme des détecteurs de vêlages. La rentabilité est permise aussi par une autonomie, que l’agriculteur vise dans tous ses aspects, à commencer par l’alimentation. « En général, j’achète zéro kilo d’aliment, excepté en cas de coup dur. Avec 1 UGB /ha, en système bio, on est capable d’être autonome avec une productivité des terres relativement faible ».
L’élevage est autonome en fourrages et également en protéines, grâce à ses prairies temporaires multi-espèces. L’éleveur est conseillé par les équipes de “La vache heureuse”, une société de conseil indépendant spécialisée dans l’autonomie protéique des ruminants, fondée par Anton Sidler et Konrad Schreiber.

Lire la suite dans l'Anjou agricole du 2 septembre 2022.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois