Aller au contenu principal

Bassin de l’Èvre
La retenue artificielle lache les irrigants

Si dans ce dossier, la sécurité prime, l’été s’annonce difficile pour les agriculteurs.

La rubrique “Faits-divers” des journaux annonçait le week-end dernier des problèmes de fuites survenus sur le bassin de rétention de La Roche-Baraton à Beaupréau. Pour éviter les risques de rupture de la digue, les pompiers ont vidé la réserve pendant plus de trois jours.
Cette retenue inaugurée en 2006, a été construite dans le but de se substituer aux pompages en rivière.
À ce jour, trois réserves sont gérées par l’association syndicale des riverains de l’Èvre. Cette fuite concerne la plus importante d’un volume de près de 140 000 m3. Cette dernière sera au moins à moitié vide alors que la période d’irrigation va commencer. Lundi, le secrétaire général de la préfecture a réuni les agriculteurs irrigants, en précisant que la première urgence était bien de régler le problème de fuite et de sécurité. Il n’a pas été question des solutions envisagées pour la période d’étiage.
À l’heure où la mobilisation de l’eau a été retenue par la nouvelle Loi sur l’eau, la question de
l’emplacement des retenues se pose. La création de retenues au sommet d’un coteau présente des coûts de construction, d’exploitation et des risques potentiels qu’une retenue collinaire en bas de vallée ne présente pas. Ainsi, la profession souhaite œuvrer dans la recherche de compromis pour mobiliser l’eau dans des conditions favorables.

S.P.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités