Aller au contenu principal

La RHD en difficulté, des producteurs sans marchés

La Rosée des Champs est une nouvelle fois durement touchée par le confinement. La coopérative légumière, basée à Doué-la-Fontaine, réalise 90 % de son chiffre d’affaires en 4ème et 5ème gamme, destinées à la restauration hors domicile.

La production de la Rosée des Champs pourrait ne pas être totalement écoulée.
La production de la Rosée des Champs pourrait ne pas être totalement écoulée.
© Rosée des Champs

Lors du 1er confinement, la baisse d’activité a été de 70 % pour la Rosée des Champs. Avec un redémarrage de l’activité à peu près normal depuis septembre, l’espoir était permis pour cette coopérative de 40 producteurs. C’était sans compter sur le reconfinement.


- 35 % de CA mais des espoirs
« Depuis fin octobre, nous sommes à – 35 % de chiffre d’affaires. Heureusement que les écoles restent ouvertes, c’est un moindre mal », détaille Francis Bailly, directeur. La coopérative subit et attend que la tempête passe, mais la fermeture de la restauration commerciale ampute une grande partie des revenus. « C’est difficile car nous sommes dépendants de la restauration hors domicile, sans avoir droit à un statut d’aides particulier du fait de sa fermeture. Nous espérons que cela puisse changer », assène Francis Bailly. Du côté de la production, les plantations de printemps s’étaient effectuées dans des conditions classiques, en « réduisant un peu la voilure ». Mais difficile d’imaginer à ce moment-là un nouveau confinement. En effet, les restaurateurs avaient pris de nombreuses mesures afin de respecter des normes sanitaires strictes. Pourtant, ils sont à nouveau fermés, pour une durée d’au moins deux mois et demi. Aujourd’hui, la coopérative se retrouve donc en surproduction. « Il faut stocker, trouver de nouveaux débouchés comme le frais… Mais faute de débouchés nouveaux dans les semaines à venir, nous serions contraints de détruire ou de laisser des légumes dans les champs », déplore le directeur. Pourtant, ce dernier reste confiant. « Notre marché repartira, car l’alimentaire est essentiel. Mais il faudra sûrement attendre 2022 pour espérer un retour à la normale ». D’ici là, le manque de visibilité ne vient pas aider le travail des producteurs de La Rosée des Champs. La crainte d’une 3ème vague est présente, mais les espoirs de vaccins permettent d’entrevoir le bout du tunnel. Et Francis Bailly l’assure : « quand ça repartira, nous serons prêts ». Dans l’attente de ces jours heureux, la coopérative anticipe et  tente de prévoir l’avenir en planifiant à la baisse certaines   productions pour la saison 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités