Aller au contenu principal

Tournesol
La sécheresse a nui au rendement

 Les récoltes du tournesol sont en cours dans le département, où les surfaces implantées (15 000 ha), sont en forte hausse, de 25 % par rapport à l’an dernier. Reportage à Saulgé-l’Hôpital.

« Cette année, on se doutait que ça allait être compliqué, j’observais que les capitules n’étaient pas toutes bien fécondées jusqu’au milieu », explique Philippe Coléon, agriculteur à Saulgé-l’Hôpital, et qui livre son tournesol oléique à Bellanné. Ses 28 ha de tournesol ont été récoltés la semaine dernière et la moyenne devrait être de 25 qx/ha, en non irrigué, avec de l’hétérogénéité (de 20 qx/ha pour les moins bonnes parcelles à 30 qx pour les meilleures). Habituellement, ses parcelles donnent plutôt une 30aine de qx/ha.
Chez Philippe Coléon, le poids spécifique, de 40 kg/hl, est « moyen mais pas catastrophique », poursuit l’agriculteur. Le niveau d’impureté est très bon : 1,5 % pour une norme de livraison de 2 %. Les graines sont plutôt sèches : 5 à 6 % d’humidité pour une norme de 9 %.


Un itinéraire marqué par la sécheresse
Philippe Coléon a semé, cette année, deux variétés, le 16 et 17 avril : ES Idillic et le P63HH111. L’itinéraire cultural a été marqué par la sécheresse : « on a fait du bon boulot au semis, mais malheureusement il a manqué la petite pluie après qui aurait pu attendrir la terre et accompagner le semis, et ceux-ci n’ont pas toujours été nickels ! ».
A cause de la sécheresse aussi, l’agriculteur a rencontré quelques soucis de désherbage : « les désherbants racinaires n’ont pas pu entrer dans le sol par manque d’humidité, explique-t-il. On a dû faire deux passages de bineuse. Il y a aussi des problèmes de chardon sur certaines parcelles, il a fallu intervenir à la pioche car la bineuse n’a pas suffi ». A la levée, l’agriculteur a exercé une surveillance serrée des pigeons, en mettant différents moyens en œuvre. Il a notamment loué à la FDGedon le matériel spécifique à mat avec un leurre, de marque Tonnfort 5. En fin de cycle, les pigeons viennent aussi se servir dans les capitules : « ça nous montre qu’il est temps de récolter ! ».


S.H.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois