Aller au contenu principal

Céréales
La vente du grain 2022 déjà entamée

Avec des prix de céréales à plus de 200 euros la tonne, beaucoup d’agriculteurs s’engagent dès à présent sur la récolte 2022, voire sur celle de 2023.

Les agriculteurs ont commencé à vendre très tôt leurs céréales cette année.
© AA

« C’est du jamais vu. Au 31 décembre dernier, les ventes de céréales 2021 des agriculteurs vers leurs OS étaient très avancéees en Maine-et-Loire, et 25 % de nos volumes prévisionnels 2022 étaient déjà achetés », confie Patrick Bremaud, directeur général adjoint de la coopérative CAPL. Une situation assez inédite dans la précocité des engagements :  « J’ai connu des années où il n’y avait rien d’engagé à cette période, ou beaucoup moins. Dans certaines régions françaises, on parle aujourd’hui de 40 % d’engagement sur la récolte 2022, voire davantage ! ». Comme chez d’autres collecteurs, les agriculteurs livrant à la coopérative de Thouarcé ont donc commencé à vendre très tôt leurs céréales, une manière aussi de couvrir leurs coûts de production dans un contexte de hausse des intrants... à la CAPL, quelques dizaines d’agriculteurs se sont également engagés pour le grain 2023. « Grâce au marché à terme et aux différents outils de sécurisation des prix qui existent aujourd’hui, les agriculteurs peuvent mieux maîtriser leur prix de vente, en amont de la production, note le responsable CAPL, ce qui donne une visibilité avant récolte ». Cependant, la coopérative met en garde ses apporteurs sur un trop haut niveau d’engagement et leur déconseille de franchir le cap de 50 % des volumes prévisionnels. « Engager 25 à 30 % nous paraît une option raisonnable », note Patrick Bremaud.


Seuil psychologique de 200 euros
Pour le grain 2022, les agriculteurs se sont engagés sur des niveaux de prix de 220-230 euros en moyenne, avec une fourchette allant de 200 à 250 euros... « Ils ont commencé à vendre dès qu’ils ont eu accès à des prix de vente de 200 euros. Un niveau psychologique avait été atteint », note Patrick Bremaud. Ils ont d’autant plus de confiance à vendre dès à présent que les semis des céréales d’automne se sont bien déroulés. Les emblavements d’automne sont supérieurs de 3 à 4 % par rapport à 2020, pour la CAPL.
Mêmes tendances observées par un autre opérateur, travaillant pour Terrena et des négoces : entre 80 et 90 % des grains sont achetés pour 2021, et entre 25 % et 35 % pour 2022, à des prix de
220 euros/tonne en moyenne. Pour cet opérateur, « on est sur des comportements logiques » par rapport aux cours actuels, les agriculteurs cherchant à « se couvrir contre des retournements de marché ». Ce qui est nouveau, c’est surtout le fait de s’engager aussi précocement sur des ventes pour la récolte à venir. Il pense, comme la CAPL, que les engagements vont désormais se tasser sur ce premier semestre.
Quant aux ventes à terme pour la récolte 2023, c’est pour l’instant le prix de 200 euros/tonne qui a été réalisé.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois