Aller au contenu principal

lait
La ventilation intelligente des trayons, système innovant

A Miré, le Gaec de l’épinardière est le premier élevage français à avoir investi dans le nouveau système de “ventilation” dite intelligente InVent, de la société britannique ADF Milking.

Laurent Guérin, du Gaec de l'Epinardière à Miré.
© AA

« Cela se passe super bien aujourd’hui ». Laurent Guérin, responsable de la traite au Gaec de l’Epinardière, dresse un constat globalement positif du dernier équipement de l’élevage. Pour son roto 24 postes en traite arrière, la ferme a en effet investi dans de nouveaux faisceaux trayeurs  ADF Milking qui désinfectent et assurent le post-trempage des trayons de manière systématique après chaque traite. Après avoir testé plusieurs mois une version antérieure, peu satisfaisante car « agressive pour la mamelle, avec des vaches, surtout les jeunes, qui décrochaient », ils sont équipés depuis 1 an 1/2 de la dernière version qui comprend, en plus, la technologie InVent. Le principe ? Un système de “ventilation” adapte le vide à chaque trayon, en fonction de sa morphologie. ADF Milking met en avant une possible augmentation de production laitière, favorisée par ce dispositif InVent. A l’Epinardière, les associés n’ont pas observé de différence significative : « la production est de 35 à 36 kg de lait par vache. Elle n’a pas varié depuis le nouveau système. Ce sont plutôt d’autres paramètres comme la qualité de l’ensilage qui vont faire augmenter la production », observe Michel Peclat, ancien associé.


Trempage et désinfection automatisés
L’exploitation a 180 vaches, logées sur des matelas avec de la farine de miscanthus, à traire quotidiennement. Avant la “ventilation” intelligente, c’est surtout et avant tout l’automatisation de la désinfection et du trempage qui a séduit les associés. « On effectuait ces tâches à la main, mais pas systématiquement. On le faisait sur certaines vaches, comme les fraîches vêlées qui étaient sur aire paillée, et les vaches à mammites. C’est surtout là-dessus que l’on gagne du temps et du confort de travail ! La pénibilité est réduite », souligne Laurent Guérin, qui se charge de la traite chaque matin, tandis qu’un salarié réalise celle du soir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois