Aller au contenu principal

L’agriculteur invite à la fête

A Beaufort-en-Vallée, l’agriculteur Cédric Lambert n'a pas les 2 pieds dans le même sabot. La semaine, il travaille sur son exploitation. Le week-end, il anime des soirées grâce à ses talents de DJ, musicien et magicien.

Cédric Lambert

A priori, Cédric Lambert a déjà de quoi s’occuper au quotidien. à Beaufort-en-Vallée, sur 62 hectares, l’agriculteur cultive des semences et des porte-greffes pour arbres fruitiers. Il produit aussi des plantes médicinales et des céréales. « L’activité de pépinière est celle qui demande le plus de travail. En ce moment et jusqu’à la mi-janvier, c’est la récolte. On arrache les plants », explique Cédric Lambert, passionné par son métier. Mais pas de répit pour l’agriculteur de 42 ans. Une fois la semaine terminée, sa 2e passion prend le relais : l’animation de soirée. Il en fait depuis l’âge de 15 ans.
 

Un musicien autodidacte
Depuis tout petit, Cédric Lambert fait de la musique ! « J’ai commencé à jouer d’un instrument à partir de 7 ans. J’ai appris en premier à faire de l’accordéon parce que mon père en avait un à la maison. Après à l’église, on m’a demandé de jouer de l’orgue... », se souvient Cédric Lambert. Après il s’est mis au clavier puis à la guitare. Au fil des années, ce passe-temps prend de plus en plus de place dans sa vie. « Mon père faisait partie d’une mutuelle coup dur avec 2 autres agriculteurs à La Ménitré. Chaque année, ils organisaient un repas. Une année, nos parents nous ont demandé, à moi et aux autres fils d’agriculteurs de faire un petit concert. » Et c’est ainsi qu’avec 3 autres jeunes, l’agriculteur, à l’âge de 15 ans, a créé son premier orchestre. « Pendant 5 ans, on animait des bals. Puis avec les études de chacun, l’orchestre s’est arrêté. Je suis parti en Australie pendant un an pour mes études. »
A son retour en France, il investit dans du matériel de sono et se lance dans l’animation de soirée en tant que DJ. Puis il découvre la magie. « A la foire expo d’Angers, en voyant un stand de magie, j’ai eu envie d’apprendre. » Pendant quelques années, il se forme avec le club de magie d’Angers. « La magie demande de l’entraînement. Il faut beaucoup de préparation. Etre magicien, c’est de la mémoire et de la dextérité. » Cédric Lambert privilégie la magie en close up. « Ce sont des numéros où le magicien se tient à quelques centimètres de son public. »
Grâce à tous ses talents, l’agriculteur fait des animations lors de mariages et d’anniversaires mais aussi pour des associations ou des maisons de retraite. Mais depuis son installation en 2016, l’agriculteur a ralenti son activité. « J’ai freiné pour pouvoir tout concilier : la famille, la ferme et l’animation. Il faut trouver le bon compromis », souligne le père de 3 enfants. « J’essaie de ne faire qu’un week-end par mois. Des fois, je déborde », reconnaît l’agriculteur tout sourire... Le Covid a aussi eu un impact sur son activité. « J’ai eu beaucoup d’annulations avec la crise sanitaire. » Il remarque aussi des changements depuis. « Les mariages sont plus petits. Avant, il y avait souvent plus de 100 invités. Cet été, j’ai animé beaucoup de mariages avec 30, 50 personnes. Les gens dansent moins. Alors j’adapte mes prestations... La magie en close up, ça marche, ça plaît à tout le monde. »

Une passion transmise à ses enfants
Sa passion pour la musique, aujourd’hui, il la partage avec sa famille. Sa femme fait du saxophone, du violon et du piano. Son aînée, Lucie, joue aussi du piano. Le benjamin fait des percussions... Pour les fêtes de fin d’année, Cédric Lambert a prévu des spectacles dans 4 maisons de retraite, à Mazé, à La Ménitré, à Baugé et à Beaufort en Vallée. Ses 3 enfants seront de la partie ! Au programme, de la magie, quelques airs d’accordéon. « Ma fille va faire un numéro de diabolo et nous avons prévus des saynètes de théâtre et des chants de Noël. » Toutes les excuses sont bonnes pour passer du temps en famille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois