Aller au contenu principal

L’agriculture de conservation des sols s’organise et s’étend

La journée organisée par la FRGeda et Trame a mis en avant la nécessité des groupements d’agriculteurs.

50 personnes réunies à Saint-Laurent-des-Autels pour la journée bilan organisée par la FRGeda et Trame autour de l’agriculture de conservation des sols.
50 personnes réunies à Saint-Laurent-des-Autels pour la journée bilan organisée par la FRGeda et Trame autour de l’agriculture de conservation des sols.
© AA

La définition retenue de l’agriculture de conservation est celle de la FAO : combiner un travail minimal du sol, une couverture permanente et une rotation des cultures. Mais sur les 50 personnes réunies à Saint-Laurent-des-Autels pour la première journée bilan organisée par la FRGeda et Trame autour de l’agriculture de conservation des sols, « tous ne remplissent pas tous les critères, explique Philippe Desnos. Chacun essaie à son niveau de s’engager dans ce système, qui peut être difficile à maîtriser mais qui se développe ». Le délégué régional Trame rappelle que l’essentiel des participants à cette rencontre est issue des six groupes formés récemment (il y a moins de deux ans) dans les Pays-de-la-Loire et qui ont suivi cet hiver une formation multiperformance de Vivéa. Suite à ces périodes de travail, les deux groupes du Maine-et-Loire sont même devenus l’association Agriculture de conservation des Mauges, qui regroupe une vingtaine d’agriculteurs du département. « Sur ce sujet, il n’y a pas beaucoup de monde pour nous épauler, et peu de références techniques, cela permet de confronter nos expériences », explique Damien époudry, qui ne laboure plus depuis 10 ans et dont les terres sont montrées en exemple durant l’après-midi. Comme rappelle Philippe Desnos : « on ne peut pas progresser individuellement, il est nécessaire de se regrouper ». L’association Agriculture de conservation des Mauges déposera ainsi durant l’été un dossier pour devenir Groupement d’intérêt écologique et environnemental (GIEE). Un nouveau statut qui permettrait « de pouvoir financer de nouvelles formations, faire évoluer les législations (notamment concernant l’utilisation de produits phytosanitaires : utilisation moindre liée à une érosion des sols maitrisée) et montrer aux pouvoirs publics et aux élus qu’il y a des agriculteurs motivés », annonce Tony Cogné, exploitant au Puiset-Doré.

Plus d'infos dans l'Anjou agricole du 26 juin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois