Aller au contenu principal

L'agriculture de conservation, source de solutions

La Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire veut renforcer ses actions en faveur de l'agriculture de conservation. Elle vient de mener une enquête pour connaître les besoins des agriculteurs en la matière.

Denis Laizé, élu Chambre d'agriculture et co-responsable de l'association Base*49  avec Valéry Lebouc, a présenté les fondamentaux de l'agriculture de conservation, lors de la session Chambre d'agriculture, lundi 26 juin, à Angers.
Denis Laizé, élu Chambre d'agriculture et co-responsable de l'association Base*49 avec Valéry Lebouc, a présenté les fondamentaux de l'agriculture de conservation, lors de la session Chambre d'agriculture, lundi 26 juin, à Angers.
© AA

L'agriculture de conservation, une des voies pour, demain, mieux faire face à la sécheresse, en captant l'eau dans le sol ? Le sujet était, avec celui de la sécheresse, au menu de la session Chambre d'agriculture qui s'est déroulée lundi matin à Angers.

Depuis 9 ans, la Chambre d'agriculture a déjà formé 120 exploitants à l'agriculture de conservation et anime des groupes d'échange. L'AC, qui est un des fondements de l'agro-écologie, repose sur « la  mise en oeuvre de trois piliers : la couverture des sols, la réduction du travail du sol et la rotation », a rappelé Virginie Riou, conseillère CA 49.


Outre les agriculteurs formés,  outre ceux adhérant au réseau Base*, certaines pratiques des agriculteurs au quotidien entrent dans cette démarche. Afin de mieux cerner ces pratiques existantes et d'identifier les besoins en formation des agriculteurs, une enquête intitulée "L'agriculture de conservation et vous" a été menée cette année par la Chambre.


échanges en groupe privilégiés
Les problématiques les plus prégnantes sont par ordre de priorité : la gestion de la flore adventice et des limaces, le tassement du sol, la gestion des campagnols et l'érosion.  Les agriculteurs qui ont répondu à l'enquête (60, dont 75 % sont en non labour, sur 280 contactés), veulent être accompagnés, par exemple dans le choix des espèces et les méthodes de destruction des couverts. 80 % sont intéressés par des échanges en groupe.

Comme le souligne Denis Laizé, élu Chambre d'agriculture et co-responsable de l'association Base*49, «il ne faut pas rester seuls sur ces techniques-là».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Protéger les tournesols des oiseaux
Le Gaec de la Coudre utilise depuis 3 ans un canon Tonnfort 5 sur ses parcelles de tournesols. Le but : lutter contre les…
Le chantier de l’unité Doué-Métha enfin sur les rails
Dix ans après le début du projet, le chantier de l’unité de méthanisation collective du Douessin a démarré à Concourson-sur-Layon…
Roulage avant semis de maïs dans la luzerne
A Pruillé (Longuenée-en-Anjou), Samuel Aubert cherche à concilier agriculture biologique avec agriculture de conservation des…
Une météo idéale pour les semis
Le Gaec du Thouet a commencé les semis de maïs depuis la semaine dernière. A Bouzillé, depuis 2 ans, l’exploitation en…
Cultures : la pluie se fait attendre...
Le déficit hydrique commence à inquiéter les agriculteurs du Maine-et-Loire.
Influenza : organiser le repeuplement
Le Cravi a tenu une réunion vendredi 6 mai à Angers en présence de la Draaf. Le début du repeuplement est programmé pour début…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois