Aller au contenu principal

Formation
L’agriculture ne dissuade pas les novices

Une minorité d’élèves n’est pas issue du milieu. Au lycée de Pouillé, ce n’est pas vécu comme un désavantage.

Aurélien, Émilie, Florian B. et Florian P. ont débuté leurs études agricoles en bac professionnel productions animales.
Aurélien, Émilie, Florian B. et Florian P. ont débuté leurs études agricoles en bac professionnel productions animales.
© AA

Depuis le 1er septembre, les élèves du campus de Pouillé, aux Ponts-de-Cé, ont repris le chemin des cours. Parmi eux, les secondes professionnelles productions animales avec à la clé un bac professionnel ʺconduite et gestion de l'exploitation agricole, en 2013. L’effectif de cette nouvelle promotion est de 26 élèves dont 7 filles. La plupart sont issus du milieu agricole comme Florian, 15 ans, (élevage de volailles et céréales) et Aurélien, 14 ans et demi, (céréales) qui est « né dedans ». Le premier souhaite reprendre l’exploitation familiale en vaches allaitantes, le second s’intéresse aux vaches laitières.
Une minorité d’élèves n’est pas issue du milieu agricole comme Émilie, 17 ans. Certaine de son orientation après quatre stages de découverte (vaches allaitantes, laitières, moutons), elle a réfléchi à son projet professionnel : « Je compte chercher un patron pour débuter en tant que salariée. Et je projette de m’installer en élevage équin avec des vaches allaitantes ». Les élèves qui n’ont pas de parents agriculteurs ne le considèrent pas comme un désavantage. Florian P., 14 ans, pense qu’il sera bien entouré et conseillé quand il achètera ses terres. Émilie voit plutôt un avantage : « On est séparé de la maison, on peut poursuivre notre chemin. » Si certains sont encore indécis comme Florian P. qui hésite entre un élevage canin ou de volailles, les stages - trois périodes de deux semaines la première année - orienteront leurs choix de production animale. « Le cursus n’est pas scolaire à 100 %. Sur trois années, les stages représentent 24 à 26 semaines », explique Guy Hérin, responsable pédagogique des premières professionnelles.

Les rénovations pédagogiques

Le campus de Pouillé est concerné par trois rénovations. La première, la réforme du bac professionnel en trois ans (la seconde professionnelle remplace les deux années de BEP). Un dispositif plutôt positif pour Dominique Guyot, directeur du campus : « Il y a moins de déperdition. Après un BEP, 30 à 40 % d’élèves ne poursuivent pas leurs études. » Les deux autres rénovations sont la réforme du lycée et des BTS agricoles où les enseignants doivent s’adapter et revoir le contenu des programmes.
Du côté des infrastructures, les étudiants en BTS profitent d’un nouveau bâtiment pour leur salle de cours. Sa particularité ? Il répond aux normes BBC (Bâtiment basse consommation) avec isolation des murs, 114 m² de photovoltaïque, récupération des eaux de pluie pour la toiture végétalisée et les toilettes, éclairage basse consommation selon la détection de présence et la luminosité extérieure.

J. B.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités