Aller au contenu principal

Viti
L’anjou gamay primeur ouvre le ban

L’anjou gamay primeur lance le millésime 2008 qui sera rare mais de qualité.

Une vingtaine de viticulteurs a vinifié une partie de son gamay en primeur. 800 hectolitres sur les 8 000 hectolitres de gamay. Au total, 24 000 cols sont commercialisés en Maine-et-Loire et dans les Deux Sèvres depuis ce jeudi, date traditionnelle et réglementaire du lancement de cette opération. Comme d’habitude, Interloire a procédé à la sélection de la dizaine d’échantillons qui lui a été présentée. Cette année encore, anjou gamay primeur rassemble les critères spécifiques du primeur : notes de bonbon anglais, fruits rouges (groseille cerise) avec pour 2008 une tendance « cerise kirschées », a remarqué le jury d’une vingtaine de membres. Parmi les échantillons, trois viticulteurs ont particulièrement retenu l’attention du jury : le domaine de l’Angelière (Gaec Boret) de Champ-sur-Layon, le domaine de Montgilet, Victor et Vincent Lebreton, à Juigné-sur-Loire et le Domaine de la petite croix, Alain Denéchère et François Geffard, de Thouarcé. « Proposer de l’anjou gamay primeur permet de lancer la campagne de vente du millésime 2008, d’autant qu’il y a une clientèle qui apprécie. C’est une bonne entrée en matière pour présenter toute notre gamme », soulignent les viticulteurs. Le lancement de l’AOC anjou gamay primeur s’assortira cette année de deux dégustations gratuites à la Godeline, à Angers, le samedi 21 à 16 h 30 et 18 h 30 suivies d’une lecture théâtralisée “Vins de fable”, par le bibliothéâtre (Réservations au 02 41 18 09 92 ou 02 41 87 62 57).

Millésime précoce
Plus largement, cette année, le millésime vaudra le détour. C’est Pascal Cailleau, le président des appellations anjou gamay, anjou rouge et anjou village, qui le dit : « Ce millésime précoce qui a subi deux gelées, a donné bien des inquiétudes aux viticulteurs mais, au final, grâce à leur patience, il y en aura peu, mais il sera bon. En cabernet rouge, il sera d’une excellente qualité, comparable à l’année 97 ». En chenin, là aussi, la patience va payer, avec des tries qui se terminent ces jours-ci.

M.L.-R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités