Aller au contenu principal

Laurent Lelore : “Renouveler les actifs agricoles, un effort collectif"

Laurent Lelore, 53 ans, préside l’antenne segréenne de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire. Il se présente pour un 3ème mandat sur la liste FDSEA-JA, se mobilisant, avec toujours la même énergie, sur l’environnement et la transmission.

Laurent Lelore est agriculteur en Maine-et-Loire, à La Cornuaille (Val d'Erdre-Auxence), en productions porc et lait en fin de conversion à l'agriculture biologique.
Laurent Lelore est agriculteur en Maine-et-Loire, à La Cornuaille (Val d'Erdre-Auxence), en productions porc et lait en fin de conversion à l'agriculture biologique.
© AA

« Je ne conçois pas mon métier sans une implication extérieure, car la vie de nos entreprises ne s’arrête pas à leur sortie  ! ».  Installé en 1991, Laurent Lelore est entré très tôt dans la commission installation du Cratéas, l’antenne de la Chambre d’agriculture en Segréen, antenne qu’il préside depuis 2001. Il consacre entre  80 et 100 jours/an à ses engagements, tout en s’occupant des animaux le matin. S’engager lui a beaucoup apporté  : « c’est très riche en termes d’échanges et de rencontres », apprécie l’éleveur.  Elu Chambre d’agriculture en 2007, il a été responsable du pôle entreprises de 2007 à 2013. Lors du 2ème mandat, il s’est davantage investi au sein du pôle territoires et sur les dossiers environnementaux, notamment la qualité de l’eau.

" Faire changer l'état d'esprit des cédants"

Une autre action phare et collective porte sur la transmission : «  là aussi, une dynamique s’enclenche », se réjouit Laurent Lelore. Le renouvellement des actifs agricoles est l’affaire de tous : Chambre d’agriculture, collectivités, syndicalisme, propriétaires fonciers... « Le résultat le moins palpable, c’est d’arriver à faire changer l’état d’esprit des cédants, leur faire comprendre qu’ils peuvent être l’assise pour des porteurs de projets ». Notamment sur l’élevage, vecteur d’emplois induits sur le territoire... Des réflexions sont en cours sur l’approvisionnement de la restauration collective en viande bovine locale... Autant de pistes pour aborder plus sereinement l’avenir : « la Chambre a un fort enjeu d’accompagnement dans la recherche de compétitivité et d’adaptation à un contexte changeant ». Laurent Lelore le constate, l’agriculture « s’est toujours adaptée, mais nos entreprises ont besoin de temps ».
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités