Aller au contenu principal

Filière
L'aviculture a de l'avenir

L'aviculture a des atouts pour attirer des jeunes et veut le faire savoir.

« Grâce au compostage, on est moins dépendant du plan d'épandage, avec un produit hygiénisé à forte valeur agronomique », souligne Nicolas Chupin.
« Grâce au compostage, on est moins dépendant du plan d'épandage, avec un produit hygiénisé à forte valeur agronomique », souligne Nicolas Chupin.
© AA

Les filières volailles, chair, repro, pondeuses, gras, auront besoin d'éleveurs motivés pour assurer l'avenir de la production locale et les emplois induits. L'aviculture, première filière agricole du département en chiffre d'affaires, a des atouts pour attirer des jeunes et veut le faire savoir.
Nicolas Chupin peut en témoigner : installé début 2009 avec ses parents en vaches allaitantes et
1 600 m2 de poulailler, son choix n'était pas forcément la volaille au départ. Mais il y croit : son projet prévoit en 2011 un nouveau bâtiment, avec l'idée d'anticiper les baisses de densité que vont imposer les normes bien-être.

Le compostage, simple et efficace
Nicolas explique : « La mise à jour du plan d'épandage nous obligeait à exporter. Nous avons donc choisi de composter, avec un système par soufflerie dans un silo équipé de gaines perforées noyées dans la chape. On remplit le silo à l'épandeur en mélangeant fumier de volailles et de bovins pour assurer l'humidité suffisante. D'autres préfèrent arroser le fumier avant curage ».
L'oxygénation cyclique assure une montée rapide en température attestée par la sonde et le boîtier d'enregistrement, très vite au dessus de 60° et près de 80° après 6 à 8 semaines. Sorti du silo pour deux mois de maturation, le compost a été analysé : valeur 15 N – 11 P – 20 K.
Avec la maçonnerie assurée par les exploitants, l'investissement est raisonnable et trouvera vite sa rentabilité : plus de pression au plan d'épandage ou d'étude pédo à actualiser, et déjà des demandes pour acheter le compost.

Un groupe d'éleveurs pour progresser
Depuis son installation, Nicolas suit de près les rencontres du groupe d'éleveurs avicoles : « On échange sur des sujets très concrets, résultats techniques et économiques, organisation du travail, coût de l'énergie, et pour certains incorporation de céréales, compostage par flore bactérienne ». Nicolas regrette que la production avicole soit méconnue, alors qu'elle offre bien des satisfactions. C'est une invitation à assister au forum dédié à tous les acteurs de cette filière d'avenir.

Philippe GRIMAUD,
Chambre d'Agriculture 49

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
La fibre et les haies
Suite à une première levée de bouclier au mois de novembre, un collectif de 13 organisations syndicales et associatives du Maine-…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités