Aller au contenu principal

Le Baugeois, terre d’innovation agronomique

Végétal animal village s’est tenu à Pontigné, vendredi 27 septembre. Un événement organisé par la Chambre d’agriculture, en partenariat avec la Communauté de communes Baugeois Vallée. Parmi les thèmes abordés, l’agriculture de conservation (AC).

Installé en 2018, François Becquet, de la ferme de Villaine où se déroulait la journée, a construit son propre semoir de semis direct sous couvert à partir d’un châssis de déchaumeur.
Installé en 2018, François Becquet, de la ferme de Villaine où se déroulait la journée, a construit son propre semoir de semis direct sous couvert à partir d’un châssis de déchaumeur.
© AA

Après deux premières éditions sous le nom de Végétal village, (La Ménitré en 2017, Meigné-le-Vicomte en 2018), la 3ème édition, portait le nom de Végétal animal village. Pour souligner cette évolution, la journée s’est tenue sur une ferme de polyculture-élevage, celle de François Becquet. Ce jeune éleveur, installé en 2018, porte « de fortes convictions agronomiques », comme l’a expliqué Denis Laizé, vice-président de la Chambre d’agriculture.
Responsable R&D en machinisme agricole avant d’être agriculteur, François Becquet a beaucoup voyagé : « j’ai vu l’intérêt de couvrir les sols en permanence, aussi bien pour l’agronomie que pour l’économie. La réflexion sur le stockage de la matière organique est aussi très intéressante ». Aujourd’hui, sur son parcellaire, il pratique la couverture des sols, même en interculture courte : « après un blé, je mets un couvert multi-
espèces »« Mon troisième cheptel, ce sont les vers de terre », a l’habitude de dire l’agriculteur, qui élève des génisses allaitantes et  des cerfs.

Faire pâturer les couverts
Seul gérant sur la ferme avec des salariés, il veut optimiser son temps, et en cela l’agriculture de conservation lui est utile : « tout le temps que je gagne en parcelle, je le récupère pour l’élevage et la vente directe ». Sur un couvert de radis fourrager, colza, féverole et lin qu’il a semé avec son semoir fait maison, il va dans quelques jours mettre des animaux à pâturer, pour faire  « du broute-bouse ».

Des conseils à ceux qui veulent se lancer en AC ? « Avant tout, bien connaître ses sols, avoir toujours de quoi faire un test bêche. Et bien connaître ses objectifs ». En AC, « il est également important d’avoir le sens de l’expérimentation », ajoute Maryline Faure, conseillère agronomie de la Chambre d’agriculture, qui anime un groupe de progrès. François Becquet adhère tout à fait à cet état d’esprit. Son leitmotiv, « ne jamais se mettre de freins ».
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois