Aller au contenu principal

Le carnet de commande a fondu pour les plaques de concours

La fonderie Doutre est la référence française en plaques de concours agricoles. Mais 2020 a été compliqué pour l’entreprise.

© AA

La fonderie Doutre réalise les plaques de nombreux concours. Ce savoir-faire n’a pu se concrétiser en chiffre d’affaires pour l’entreprise de Romain Doutre en 2020. La cause est connue, les conséquences restent incertaines.


20 % de CA en moins
Située au Lion-d’Angers, l’entreprise emploie une dizaine de salariés. 80 % du chiffre d’affaires est basé sur les plaques de concours agricole. Le reste, ce sont des plaques de voiries ou industrielles. « Depuis mars, il n’y a presque plus de concours, hormis en veaux de boucherie, ou des concours internes. De fait, notre activité a été réduite », déplore Romain Doutre. Et même aujourd’hui, la fonderie ne tourne pas à plein régime. « Pour l’année 2020, on va perdre 20 % de notre chiffre d’affaires ». Le Space, Festi’élevage, le Sia, Cournon... Tous ont été annulés.
Pour une entreprise spécialisée, la crise est l’occasion de se réinventer. « Cela nous a fait prendre conscience qu’il était temps de se diversifier et de se tourner plus intensément vers d’autres marchés, de revoir notre stratégie globale », analyse le chef d’entreprise. Ainsi, ce dernier a mis à profit la baisse d’activité du mois de mars pour démarcher activement les autres débouchés : la voirie et l’industrie.« Ce sont des marchés que l’on connaît, mais qui ne sont pas la majeure partie de notre travail », concède Romain Doutre. « On a eu des collectivités intéressées, mais cela prend plus de temps. J’attends de signer les premiers contrats pour y voir plus clair ». Romain Doutre reste positif malgré la perte de chiffre d’affaires importante que son entreprise va subir en 2020. « Avec le développement de nouveaux débouchés, cela nous permet de développer de nouvelles compétences. C’est intéressant pour nous ! ». Mais derrière cet optimisme, il va falloir que les concours reprennent en 2021 pour que sa fonderie continue à ravir des milliers d’éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pommes et poires : une maigre récolte attendue
 Aux Vergers de Mané, à Martigné-Briand, la récolte a commencé le 16 août, avec la variété de poires Williams. Les volumes s’…
La récolte s’annonce prometteuse
Une journée matière sèche organisée par Seenovia, s’est tenue au Gaec Via Lactéa mardi 24 août. Les éleveurs présents sont…
Un projet animal et végétal à taille humaine
Adèle Hallopé-Merlet, 29 ans, s’est installée à Chanteloup-les-Bois, au 1er avril 2019. Elle a reçu, pour son projet, le 3ème…
Vidéo : un chantier d'ensilage en Shredlage
Au Gaec de la Modtais à Blou, les rendements devraient avoisiner les 14 t de matière sèche/ha, sans irrigation. Le maïs est…
Campus de Pouillé : l’apprentissage très prisé
Le Campus de Pouillé, aux Ponts-de-Cé, accueillera 660 apprenants, dont 170 apprentis, pour cette rentrée 2021. Le point avec…
Une vache angevine grande championne au Festival de la viande d'Evron
Une vache croisée rouge des prés et saosnoise, élevée par Yves Jolivet, de Chaudron-en-Mauges, est sortie championne inter-races…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités