Aller au contenu principal

Le carnet de commande a fondu pour les plaques de concours

La fonderie Doutre est la référence française en plaques de concours agricoles. Mais 2020 a été compliqué pour l’entreprise.

© AA

La fonderie Doutre réalise les plaques de nombreux concours. Ce savoir-faire n’a pu se concrétiser en chiffre d’affaires pour l’entreprise de Romain Doutre en 2020. La cause est connue, les conséquences restent incertaines.


20 % de CA en moins
Située au Lion-d’Angers, l’entreprise emploie une dizaine de salariés. 80 % du chiffre d’affaires est basé sur les plaques de concours agricole. Le reste, ce sont des plaques de voiries ou industrielles. « Depuis mars, il n’y a presque plus de concours, hormis en veaux de boucherie, ou des concours internes. De fait, notre activité a été réduite », déplore Romain Doutre. Et même aujourd’hui, la fonderie ne tourne pas à plein régime. « Pour l’année 2020, on va perdre 20 % de notre chiffre d’affaires ». Le Space, Festi’élevage, le Sia, Cournon... Tous ont été annulés.
Pour une entreprise spécialisée, la crise est l’occasion de se réinventer. « Cela nous a fait prendre conscience qu’il était temps de se diversifier et de se tourner plus intensément vers d’autres marchés, de revoir notre stratégie globale », analyse le chef d’entreprise. Ainsi, ce dernier a mis à profit la baisse d’activité du mois de mars pour démarcher activement les autres débouchés : la voirie et l’industrie.« Ce sont des marchés que l’on connaît, mais qui ne sont pas la majeure partie de notre travail », concède Romain Doutre. « On a eu des collectivités intéressées, mais cela prend plus de temps. J’attends de signer les premiers contrats pour y voir plus clair ». Romain Doutre reste positif malgré la perte de chiffre d’affaires importante que son entreprise va subir en 2020. « Avec le développement de nouveaux débouchés, cela nous permet de développer de nouvelles compétences. C’est intéressant pour nous ! ». Mais derrière cet optimisme, il va falloir que les concours reprennent en 2021 pour que sa fonderie continue à ravir des milliers d’éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois