Aller au contenu principal

« Le certificat phyto nous inquiète bien davantage que le Brexit »

Interview : Marc Peyres, directeur commercial de Blue Whale, le bureau de vente qui commercialise les pommes de la coopérative angevine Les Vergers d’Anjou.

Etal de pommes françaises à Bradford, dans le Nord de l’Angleterre.
Etal de pommes françaises à Bradford, dans le Nord de l’Angleterre.
© Blue Whale

Le Royaume Uni est  le premier pays importateur de pommes françaises. Quelles conséquences a le Brexit  ?
Marc Peyres  : notre bureau de vente Blue Whale réalise 40 % des exportations de pommes françaises vers le Royaume Uni. En ce qui concerne le Brexit, on peut dire que le pire a été évité ! Les deux plus gros écueils ont été écartés. La première crainte portait sur les taxes à l’importation de 4 %,  qui, en cas de Brexit sans accord,  auraient engendré un surcoût, pour notre groupe, de plus de 2,5 millions d’euros par an. Et la seconde crainte, c’était l’effondrement de la livre sterling, qui n’est pas non plus d’actualité, pour l’instant en tout cas. En revanche, on peut s’attendre à certains problèmes d’ordre logistique.

La transition se passe plutôt favorablement donc ?
Oui, s’il n’y avait la mise en place du certificat phytosanitaire à l’exportation vers les pays tiers, fixée au 1er janvier mais avec un régime dérogatoire jusqu’au 1er avril. Elle nous inquiète davantage que le Brexit. Ni les Anglais ni  les Européens ne sont prêts pour cette échéance, qui peut être plus gênante que la simple mise en place de douanes.
Le seul fait de la fermeture des frontières fait qu’il est nécessaire d’avoir désormais un certificat phyto pour exporter au Royaume Uni. Comme si le danger phytosanitaire était apparu avec la fermeture des frontières ! ça n’a pas de sens pratique ni économique.
Illustration de cette aberration : la semaine dernière, nous avons livré des pommes à Manchester, en Angleterre. Lorsque notre acheteur a voulu revendre une partie des pommes en Irlande du Nord, il n’a pas pu le faire : il lui a été demandé un certificat phytosanitaire car l’Irlande du Nord* est considérée comme territoire européen.

La demande britannique se maintient-elle ?
En décembre, nous avons connu une panique logistique parce que les Britanniques ont voulu faire des stocks de précaution avant l’entrée en vigueur du Brexit. La situation s’est ensuite stabilisée et le mois de janvier a même vu les exportations augmenter. Nous restons optimistes : le Royaume Uni reste une île à 40 km de la France, notre marché tiers le plus proche. Europe ou pas Europe, si dans le passé les pommes d’Afrique du Sud ou de Nouvelle Zélande avaient été meilleures que les nôtres, les acheteurs britanniques se seraient déjà tournés vers ces pays.
Si le marché venait à se modifier, se serait plutôt lié aux fortes contraintes qui pèsent sur la production française, contraintes de législation ou encore d’accès à la main-d’œuvre, plutôt qu’aux conditions du Brexit.
Propos recueillis par S.H.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois