Aller au contenu principal

Le citoyen au cœur de l’urgence climatique

© AA

Spécialiste de paléo-océanographie, directeur de recherche au CNRS et membre du Giec, autant dire que Laurent Labeyrie n’est pas le plus mal placé lorsqu’il s’agit de parler de climat. C’est la raison de sa présence au théâtre Foirail de Chemillé-en-Anjou, en compagnie, notamment, de Denis Cheissoux, journaliste à France Inter, et de Vita Evenat, membre de la convention citoyenne pour le climat.


Agir collectivement pour changer d’ère
L’événement était articulé autour de l’urgence climatique et de l’action locale. Et urgence, il y a  : « d’ici à 2050, nous atteindrons + 3 à + 4 °C par rapport à l’époque pré-industrielle. C’est déjà acté, c’est ce qu’on appelle l’inertie. Ce qui se joue maintenant, c’est ce qu’on réserve aux plus jeunes, à nos enfants et petits-enfants », détaille Laurent Labeyrie. « Et il faut agir vite et fort », enjoint-il. Ce rapport à l’urgence, Vita Evenat l’a expérimenté lors de son expérience citoyenne. « Il faut arrêter avec des mesures à horizon 20 ou 30 ans. Il faut agir rapidement, revoir nos modes de consommations, produire moins et autrement », témoigne-t-elle. L’émergence de projets alternatifs, tels les parcs éoliens citoyens, va dans ce sens. Dans les Mauges, le terreau y est favorable, avec des associations comme Atout Vent. « Pendant 40 ans, nous avons seulement été des consommateurs. Aujourd’hui, il est primordial de se réapproprier nos outils de production d’énergie », félicite Denis Cheissoux. Une réappropriation symbolisée par les parcs éoliens de l’Hyrôme, de La Jacterie ou encore la centrale solaire de La Petite Vicomté, autant d’initiatives citoyennes et alternatives. Si ces démarches ne permettront pas à elles-seules de répondre au défi climatique, « montrer l’exemple n’est pas le meilleur moyen d’y parvenir, c’est le seul », estime Sébastien Cesbron, président du parc éolien de l’Hyrôme. En ouverture de soirée, François Girard, président d’Atout Vent se demandait : « avec nos machines qui brassent de l’air, allons-nous pouvoir changer d’ère ? » . Si ce changement d’ère est incertain, la contribution des citoyens dans ces initiatives semble primordiale, de manière collective. « Il faut arrêter de rejeter la faute sur les autres et de ne rien faire sous prétexte que d’autres sont pires. Nous sommes tous responsables, à différents niveaux, mais chacun doit agir », conclut Laurent Labeyrie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités