Aller au contenu principal

Justice
Le Conseil d'État exige du gouvernement d'autoriser les échalotes de semis

Par un arrêté rendu public le 11 décembre, le Conseil d'État demande au gouvernement français d'abroger l'arrêté ministériel de 1990 qui n'autorisait la commercialisation en France sous le nom "échalotes" que des "échalotes traditionnelles", produites principalement en Bretagne et dans les Pays de la Loire. L'échalote "de semis", en provenance essentiellement des Pays-Bas, s'obtient à partir d'une graine qui elle-même donne un bulbe, alors que l'échalote "de tradition" est obtenue par"multiplication végétative". Derrière ce qui apparaît comme une subtilité technique, se cache une différence entre une culture de type céréalier et une culture maraîchère. Pierre-Bihan-Poudec, président de la section nationale de l’échalote, a regretté que le Conseil d’État n’ait fait que reprendre la position de la Cour de justice européenne, sans prendre en compte la position des producteurs ni celle des grands chefs cuisiniers. « N’importe quel produit cultivé comme un oignon pourra être vendu comme une échalote », a-t-il précisé.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités