Aller au contenu principal

Viticulture
Le coup d’envoi des vendanges est donné en Anjou-Saumur

vec des prévisions de 950 000 hectolitres contre 1 million d’habitude, la récolte s’annonce en forte baisse dans le vignoble Anjou-Saumur. Le gel d’avril a laissé des traces.

Les dix hectares des vignes de l’Alma sont vendangés à la main.
Les dix hectares des vignes de l’Alma sont vendangés à la main.
© Anjou agricole

Ouf, les vents d’est sont revenus. Ils vont sauver le millésime par la qualité ». Grand soulagement pour Roland Chevalier, viticulteur à Saint-Florent-le-Vieil. Son équipe de quinze vendangeurs s’est mise au travail mardi matin dans les rangs de melon de bourgogne. Avec le temps sec et ensoleillé annoncé pour toute la semaine, le moral est au beau fixe. Les dix hectares du Domaine des vignes de l’Alma sont vendangés à la main. Les quinze jours de travail nécessaires s’étaleront sur trois à cinq semaines, en fonction des conditions météo.Comme partout, cette année sera marquée par une baisse de rendement : « Nous nous situons autour de 40 hectolitres par hectare, contre 50 à 55 en année normale », a calculé le viticulteur. On trouve des grappes en abondance, mais de petits grains, très serrés, où quelques attaques de botrytis vont nécessiter des tris. En revanche, la qualité s’annonce plutôt satisfaisante. « Les premiers raisins rentrés en pressoir donnent un bon équilibre alcool-acidité », souligne le viticulteur, qui produit chaque année entre 45 000 et 50 000 bouteilles de vin, sans compter les bag-in-box. Sur ces coteaux de Loire à mi-chemin entre le Muscadet et l’Anjou-Saumur, on vinifie en gamay primeur, anjou rouge et muscadet. 

Sorties de grappe globalement modestes

Les parcelles des vignes de l’Alma ont été peu touchées par le gel du 7 avril, ce qui n’est pas le cas dans tout le vignoble, où les viticulteurs attendent toujours une reconnaissance en calamité. Le Comité national de l’assurance en agriculture, réuni le 16 septembre dernier, a en effet ajourné toutes les demandes, faute « d’informations précises sur le niveau de la récolte ». L’examen du dossier est reporté à l’année prochaine. Dans les secteurs comme le muscadet, mais aussi dans les Mauges, les professionnels estiment les pertes entre 50 et 60 %. Conséquence, dans tout le vignoble Anjou-Saumur, la récolte devrait chuter, en moyenne, de 5 à 10 % par rapport à une année normale. Les sorties de grappes sont globalement modestes. Les  maladies du bois, qui touchent 5 à 10 % des ceps , accentuent le phénomène de baisse de rendement. « Viniflhor annonce 950 000 hectolitres, contre plus d’un million habituellement », signale Sylvain Micol, directeur de la Fédération viticole Anjou-Saumur. Cette situation d’offre faible conjuguée à une forte demande va entraîner des tensions sur les marchés. « Il ne faudrait pas que l’on arrive à une trop forte hausse des prix. Il y a des seuils à ne pas franchir. Les professionnels sont favorables à une augmentation de leurs produits, mais ils préfèreraient une évolution plus linéaire ». C’est également l’avis de Roland Chevalier, qui s’interroge sur l’envolée du prix du melon de bourgogne depuis un mois : « Est-ce que le consommateur va accepter d’acheter le muscadet un tiers plus cher que d’habitude ? ». Si la quantité fait défaut, la qualité devrait être au rendez-vous. À part quelques foyers de pourriture sur le gamay et le chardonnay, le vignoble est globalement sain, les viticulteurs ayant bien géré la lutte contre le mildiou. 

S.H. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités