Aller au contenu principal

Le couvert, une pièce maîtresse pour l’agriculteur

En agriculture de conservation des sols, les couverts sont primordiaux. Vincent Brulé, céréalier à Meigné-le-Vicomte, en a semé pour une durée de 3 ans.

© AA

« Le couvert, je le vois comme une culture à part entière », témoigne Vincent Brulé, agriculteur à Meigné-le-Vicomte. En agriculture de conservation des sols depuis 4 ans, cet agriculteur a remplacé le travail du sol par le travail des couverts.


Les couverts, un pilier
Installé en 1998, ce céréalier s’est lancé en TCS en 2005. « En 2016, je me suis dit que ce n’était plus possible, qu’il fallait que je modifie mon système ». C’est chose faite, sur ses 200 ha. Et, si la transition est parfois difficile, ses rendements n’ont pas chuté.  L’agriculture de conservation, qui recueille de plus en plus d’adeptes, repose sur trois piliers. « Le non travail du sol, la biodiversité au niveau des cultures et les couverts végétaux. Pour ma part, je me suis lancé en couverture permanente depuis cette année », détaille le céréalier. Le couvert, qu’il sème derrière ses cultures d’hiver en ce moment, lui permet de structurer son sol. Cela amène également de la fraicheur, et la matière organique essentielle aux micro et macro-organismes. « Le couvert dynamise l’activité des vers de terre, qui sont bien plus nombreux ! », confie Vincent Brulé. Le travail du sol a été remplacé par le travail des couverts. Ainsi, les frais et le temps de travail de l’agriculteur ont été fortement réduits.

Triple semis
Cependant, implanter des couverts ne se fait pas sans difficultés. « C’est le pilier de ma fertilité des sols. Mais parfois, cela ne lève pas. C’est pour cela que je fait de la couverture permanente », détaille le céréalier. Ainsi, cette année son couvert est composé de 4 espèces : 65 kg de sarrasin, 3,5 kg de colza, 1,5 kg de trèfle blanc et 3,5 kg de trèfle violet. « A cela il faut ajouter 60 kg de Super 45, un apport en phosphore, important en semis direct ». Le sarrasin va prendre le dessus sur les autres espèces dans un premier temps. Récolté au bout de 3 mois, il laissera la place au colza. « Le colza sera mené à graine jusqu’au 15 juillet prochain. Ensuite, le trèfle en tant que couvert sera déjà implanté, et restera en tout 3 ans », développe Vincent Brulé. Derrière le colza, l’agriculteur viendra semer son blé sous couvert de trèfle. Derrière les récoltes de céréales, le couvert est broyé, afin d’apporter de la matière organique au sol. On considère que lorsqu’un couvert atteint une surface supérieure à 85 %, aucun adventice ne pousse. « C’est un objectif difficilement réalisable avec des couverts annuels. C’est pour cela que je me lance dans les couverts permanents », conclut l’agriculteur.

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 24 juillet.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois