Aller au contenu principal

MagazineLe cyclamen est tendance », assure Gérard Saulais, tenant au creux de
Le cyclamen fleurit de nouveautés

Plante traditionnelle d’automne et d’hiver, le cyclamen se décline aujourd’hui sur une large palette de formes et de couleurs. La plante s’entoure aussi de design pour séduire la clientèle. Reportage à Sainte-Gemmes-sur-Loire.

Gérard Saulais, producteur à Sainte-Gemmes-sur-Loire. Ses cyclamens sont produits en protection biologique intégrée.
Gérard Saulais, producteur à Sainte-Gemmes-sur-Loire. Ses cyclamens sont produits en protection biologique intégrée.
© AA
Le cyclamen est tendance », assure Gérard Saulais, tenant au creux de sa main le dernier né de la gamme de son entreprise horticole : un micro-cyclamen, contenu dans un écrin de verre. Il est nourri par un gel translucide, hydrorétenteur fertilisant. La partie en terre est à peine plus grosse qu’un bouchon de vin. Objet de décoration, il devrait trouver sa place aussi bien sur un chemin de table que dans une salle de bain ou sur un bureau… Baptisé Les Fleurines, il doit être mis en vente à Noël et pour la Saint-Valentin. « Réussir à sortir cette petite plante est une véritable prouesse technique, apprécie Gérard Saulais. Nous travaillons à partir d’une variété de mini-cyclamens (le Baby Métis) et nous utilisons les techniques du bonsaï ».  

Une vingtaine
de présentations
Son entreprise fait partie de Végécom, structure qui commercialise la production de quatre horticulteurs angevins et dont il assure la gestion. Chaque année, Végécom expédie près de 90 000 plants de cyclamen et 120 000 de mini-cyclamens chez les distributeurs spécialisés, sur une grande moitié ouest de l’Hexagone. Derrière ces chif-fres, se cache une grande variété. « Il y a une vingtaine de  façons de présenter le cyclamen à Végécom », souligne le professionnel. Une diversité qui permet sans doute à la plante de tirer son épingle du jeu dans un marché horticole de plus en plus concurrentiel.
Le cyclamen fleurit de septembre à mars et se vend en godets, en pot ou encore en jardinières. Le mini, vendu seul ou associé à d’autres végétaux, connaît un succès croissant auprès des consommateurs, tandis que le traditionnel se maintient grâce à sa grande diversité de coloris et de formes. Des fleurs frangées, flammées, bicolores sont venues s’ajouter à celles aux pétales unis. Les obtenteurs travaillent également sur le feuillage, afin d’accentuer son aspect argenté. « Grâce aux progrès de la génétique et des techniques de production, il est bien plus facile de produire du cyclamen qu’il y a 25 ans, explique l’horticulteur. Nous utilisons de plus en plus d’hybrides. » On y gagne en précision et en réactivité. Aujourd’hui, l’entreprise peut programmer, à peu de jours près, les dates de floraison et, du coup, anticiper sur les fêtes (la Toussaint, Noël…) mais aussi sur des opérations spéciales en magasin.

S.H.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités