Aller au contenu principal

Le financement de l’équarrissage

Interview d'Alain Denieulle, Membre de la section bovine FDSEA et administrateur FNB

Alain Denieulle
Alain Denieulle
© L'anjou agricole

Que penser de la réforme de l’équarrissage ?
Alain Denieulle : Cette réforme est devenue indispensable. En effet, son mode de financement par l’État français est contesté. Il y a un an, la solution envisagée était une CVO, une cotisation volontaire obligatoire abondée par des fonds publics, mais cette mesure n’est pas euro-
compatible. On se trouve donc devant un double problème : un reliquat, qui est passé de 3 à 12 millions d’euros, sur 2007/2008 et une somme de 12 millions à trouver pour 2008/2009. Ce que l’on peut regretter, c’est que le ministre de l’Agriculture de l’époque, Dominique Bussereau, nous avait assurés que les agriculteurs n’auraient pas à financer la dette. Or, il n’en est plus question. Et il faudra avoir recours à un emprunt. 

Qui doit payer alors ?
Sur le coût total actuel de l’équarrissage des ruminants, qui représente une somme de 160 millions d’euros, l’État finance actuellement 50 millions environ, la taxe sur les abatteurs avoisine les 95 millions ; il reste donc 12 millions à trouver. Il n’est pas illogique que les agriculteurs contribuent au financement de l’équarrissage, mais ce service relève aussi de la salubrité publique et il me semblerait normal que l’État et surtout les collectivités locales accompagnent ce dispositif. De même que tous les maillons de la chaîne alimentaire, jusqu’au consommateur. Il conviendra aussi de revoir le coût réel de ce service détenu jusqu’à présent par un quasi-
monopole.

Concrètement, comment cela va-t-il s’organiser ?
Le conseil d’administration de la FNB, qui s’est réuni mercredi, envisage la mise en place d’une cotisation 
volontaire – à ne pas confondre avec une CVO. Chacun sera libre d’y cotiser ou pas. Mais la solution 
volontaire paraît la plus indiquée. La production porcine, par exemple, a opté pour ce système. Globalement, tous les éleveurs préfèrent payer la cotisation que de régler directement 100 % de l’équarrissage à chaque 
enlèvement. Reste aussi à définir la base de calcul de cette cotisation. Une contribution en fonction du nombre de vache/mère, peut-être, est envisagée. En tout état de cause, une solution doit être trouvée très 
rapidement. Sans doute dès la rentrée de septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités