Aller au contenu principal

Charolaise
Le Gaec Gaborit perfectionne son élevage grâce à la génétique

La Fédération charolaise des Pays de la Loire a découvert le Gaec Gaborit lors de son assemblée générale, jeudi 24 juin. Visite de l'élevage à St Hilaire du Bois.

Améliorer la génétique du troupeau fait partie intégrante de la conduite de l'élevage des 2 associés du Gaec Gaborit. A Saint Hilaire du Bois, le troupeau de charolaises de Vincent et Benoit Gaborit est inscrit au Herdbook depuis 1986. Un héritage familial puisque les 2 frères ont repris l'exploitation de leurs parents. Leur axe de sélection : « produire des vaches lourdes sans soucis au vêlage avec du potentiel de croissance et qui vieillissent bien », explique Benoit Gaborit, lors de l'assemblée générale de la Fédération charolaise des Pays de la Loire. Des choix partagés par leurs confrères puisque le Gaec commercialise en moyenne une trentaine d'animaux du troupeau à d'autres éleveurs. 10 laitonnes de 10 mois sont vendues ainsi qu' une vingtaine de reproducteurs. « Aujourd'hui, ce sont les veaux de 18 mois qui partent le plus. On vend aussi quelques veaux de 10 mois ». Les associés aimeraient inverser la tendance. « Il n'y a pas de différence de prix entre les veaux de 10 mois et ceux de 18 mois mais ceux qui restent 8 mois de plus sur notre élevage nous coûtent plus cher... »

Diversifier les origines
Pour investir dans la génétique  de la race charolaise, les éleveurs optent pour la coopération avec d'autres éleveurs. Des taureaux sont achetés en commun avec d'autres éleveurs. « C'est le cas d'un de nos 4 taureaux : Odéon. Il appartient aussi au Gaec Aillerie et à Jean-Robert Tijou. » Le Gaec est aussi adhérent de 2 associations d'éleveurs : Charolais évaluation et de l'Ajec (Association des jeunes éleveurs de charolais). « Cela nous permet de diversifier la génétique du troupeau et de varier les origines », précise Benoit Gaborit. Cette stratégie permet aussi de mieux satisfaire les besoins des clients éleveurs. Pour se faire connaître, l'élevage participe aux concours dans l'Ouest de la France.
Un système alimentaire basé sur l'herbe
Côté alimentation, les éleveurs privilégient au maximum le pâturage. Sur les 120 hectares de la ferme, 100 sont consacrés à l'herbe dont 55 hectares en coteaux.
« La mise à l'herbe débute fin mars pour les vaches et les génisses jusqu'à la mi-juillet à cause de nos terres séchantes », explique l'éleveur. En période estivale, les vaches sont complémentées avec du foin au râtelier et de l'enrubannage pour les génisses. En hiver, les vaches sont rentrées le plus tard possible. « Elles peuvent pâturer jusqu'à début décembre avant la mise-bas ». La ration hivernale se constitue de maïs ensilage, de paille et d'un complément de tourteau de soja pour l'équilibre de la ration. Quant à l'engraissement des vaches, il est réalisé avec du maïs ensilage, de l'orge et de l'avoine, du soja et du correcteur.


Un concours interrégional au Mans

La fédération charolaise des Pays de la Loire est en pleine organisation de son concours interrégional charolais. Il se tiendra du 10 au 12 septembre au Mans pendant les 4 jours du Mans. Entre les animaux adultes et les veaux, 140 places sont prévues. « On a du mal à mobiliser », confie Pascal Langevin, président de la Fédération et éleveur sarthois.  En cause, un timing chargé à cette époque pour les éleveurs de charolaises. Les Concours nationaux adultes et veaux et la Vente Nationale aux enchères se dérouleront  les 9 et 10 septembre à Magny-Cours (58). Et 2 jours après les 4 jours du Mans, le Space organise aussi un interrégional de la race...  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pommes et poires : une maigre récolte attendue
 Aux Vergers de Mané, à Martigné-Briand, la récolte a commencé le 16 août, avec la variété de poires Williams. Les volumes s’…
Un projet animal et végétal à taille humaine
Adèle Hallopé-Merlet, 29 ans, s’est installée à Chanteloup-les-Bois, au 1er avril 2019. Elle a reçu, pour son projet, le 3ème…
Vidéo : un chantier d'ensilage en Shredlage
Au Gaec de la Modtais à Blou, les rendements devraient avoisiner les 14 t de matière sèche/ha, sans irrigation. Le maïs est…
Une vache angevine grande championne au Festival de la viande d'Evron
Une vache croisée rouge des prés et saosnoise, élevée par Yves Jolivet, de Chaudron-en-Mauges, est sortie championne inter-races…
Hotmail sacrée championne suprême au Space 2021
Pour la 1ère fois au Space, un concours a départagé toutes les championnes laitières. C’est une vache angevine qui…
Engraisser avec du trèfle pur
Au Gaec Aillerie, l’herbe est valorisée au maximum. À Saint-Michel et Chanveaux, les 2 frères Julien et Pierre Aillerie élèvent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités